lundi 8 juin 2015

Le G7 en goguette

Merci à Alexandre Latsa. Je n'ai fait que modifier et étoffer le montage original relayé par ses soins.
J'ai pris grand plaisir à faire ce montage : voir tous ces nases au centre, poser dans un coin de nature,  avec des sourires entendus entourés par un Poutine viril les rend encore plus cons.
Il n'est pas question de Poutinolatrie post adolescente. La politique européenne asservie aux USA, l'OTAN, les faucons Etats-Unien et le dossier ukrainien en particulier me les rendent éminemment antipathiques. Dangereux même.

8 commentaires :

  1. Et pendant que les 7 parlent de notre avenir, Poutine bâtit le sien avec la Chine, le Brésil, l Inde et l'Afrique du sud

    tu crois que j ai mes chances avec Poutine ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Action-réaction, les manœuvres de déstabilisation dans un pays frontalier forcent Poutine à déplacer le point d'équilibre diplomatique. Tes chances avec Poutine ? J'sais pas, faudrait demander à Gégé d'intercéder en ta faveur !

      Supprimer
    2. là je rigole, faudrait que tu te mette au Sport mon Corto ! ce serait pas un peu au dessus de tes moyens là ? bisous à Vlad et sa dulcinée

      Supprimer
    3. @Boutfil
      M'enfin ! Tu vas nous chagriner notre ami Corto... Pis y'a pas que le sport dans la vie. Bisous aussi, j'ai transmis les tiens à Io qui vous passe le bonjour à toi et Kim Jong Heinz

      Supprimer
  2. Imaginons Hollande à la place de Poutine... Sauve qui peut !

    RépondreSupprimer
  3. Ce montage est tellement absurde qui'il sied à merveille au G7
    Soudain toute envie de rire m'a désertée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez, je vous passe un mouchoir. Sans rancune hein, faut se détendre et penser à tous ces paysages parcourus éclatant de beauté.

      Supprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.