jeudi 2 octobre 2014

Manif pour tous : dimanche 5 octobre 2014


6 commentaires :

  1. Bah j'y serai pas, pour une fois.
    La Révolution va se faire sans moi, arghhh...
    Bonne manif Vlad ! Et bon before !
    Et à la prochaine j'espère.
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le bonjour et bises de ma part à tous !

      Supprimer
    2. Salut La Mouette !
      On a raté le before, je suis un peu vanné depuis la trépanation (j'adore me la péter avec ce mot, ça fait son effet en société, arf), du coup on a rejoint le cortège à Trocadéro.
      On a maintes fois tenté d'apercevoir le drapeau fleur de lys de Koltchak pour rejoindre la troupe, en vain. J'ai appris plus tard qu'il ne l'avait point hissé d'ailleurs.
      Sinon, c'était comme d'habitude, des gens motivés mais tranquilles, ils ne lâcheront rien. Il y aura des manifs de LMPT tant que la loi ne sera pas abrogée. C'est très clair.

      Supprimer
  2. Je suis toujours dubitatif quand on invoque les enfants sur ce genre de scènes. Il y a beaucoup de foyers de type mono-parentaux, beaucoup de foyer scindés également. J'ai l'impression que la question ne se trouve pas là, mais dans la crainte de voir des modèles sécurisants s'effriter?
    Je me pose également une question (sincère, n'est-ce pas, sinon je passerais mon chemin):
    avez-vous déjà essayé d'en parler avec les intéressés? les homosexuels qui souhaitent se marier, voire les enfants vivant avec un couple homosexuel?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, si les enfants sont parfois invoqués à tort pour jouer sur l'émotif plutôt que sur le raisonnement, il est parfois des moments où ils se retrouvent en première ligne en raison de mauvaises lois.
      A propos des manifs pour tous, je m'en suis rendu compte mais pas immédiatement. Vous tombez juste, mon histoire personnelle m'a sensibilisé sans doute plus qu'un autre aux "modèles sécurisants", et donc, oui, je considérais que le mariage homosexuel mettait à mal le socle familial cher à mes yeux. Cependant j'ai très vite réalisé que les derrière le désir d'égalité forcenée entre individus de même sexe c'était les gosses qui risquaient d'en payer les frais.
      Je reviens quelques instants sur les foyers mono-parentaux et les foyers scindés. Il y en a effectivement beaucoup. Beaucoup trop à mes yeux. Ce n'est pas pour cela qu'il faut accepter, dans le cadre de la GPA, que l'on retire à un enfant sa mère biologique. Rendre systémique un facteur aggravant qui peut perturber l'enfant au prétexte du désir d'enfant d'adultes (quand bien même sincère et profond) est irresponsable ou alors...égoïste ?
      J'approche de la cinquantaine mais je ressens encore à quel point mon père m'a manqué et je connais par cœur les failles liées à cette absence. Alors quoi ? Je ne pleure pas sur mon sort, je suis très privilégié, j'ai un toit, de quoi manger tous les jours, je ne vis pas dans un pays en guerre, j'ai la santé, une femme, de magnifiques enfants et un blog ;)
      Je ne conteste pas tout cela. Mais aux malhonnêtes qui nous expliquent qu'avoir un père et une mère n'est pas nécessaire sous prétexte que des tas d'enfants sont bien portants, je réponds que je fais parti sans doute de ces bien-portants. Qu'ils viennent en parler avec moi. Volontiers.
      Je ne connais pas d'homosexuels qui souhaitent se marier, ni d'enfants vivant avec un couple homosexuel, aussi je n'ai pu en discuter avec eux. En parler avec les enfants en question m'importe peu à vrai dire, si certains n'ont pas souffert de ça, et il y en a j'en suis persuadé, il y a statistiquement un risque accru de fragilité. Pourquoi s'entête-t-on a vouloir rajouter un risque volontaire alors que les accidents de la vie divers et variés nous amènent leurs lots de risques supplémentaires ? c'est incompréhensible à mes yeux.

      Supprimer
    2. Étonnement je suis assez d'accord avec tout ce que vous dites,

      si ce n'est que je trouve dommage qu'il faille faire un procès préventif, partant du principe que les gens transgresseront les lois, en ayant recourt aux mères porteuses.

      Je ne pense pas qu'il y ait un "droit" à l'enfant, et suis passablement choquée de voir que certaines femmes de presque cinquante ans se font inséminer ou autre... J'ai déjà du mal à comprendre les plus jeunes, mais , m'a-t-on dit, c'est viscéral, c'est un besoin. Soit. N'ayant jamais ressenti ça, je ne me prononcerai pas.

      De ce que j'ai compris du débat les uns parlent "égalité" les autres "droits de l'enfant" et personne du mariage en tant que tel, dans sa globalité et sa pertinence.

      Je crois que c'est une mesure symbolique dans le sens où les gens, étrangement, veulent se marier civilement "par amour". C'est une question de reconnaissance du couple par la société. Et quoi qu'on en dise, le pacs n'apporte pas cette reconnaissance.

      Partant de là, le mouvement né de la lutte anti-mariage gai, a été perçu comme homophobe, et pour cause, c'est une lutte de symboles.

      Il est évident que les représentations dans les esprits des gens sont plus complexes, et l'on peut être "dérangé" par certaines idées, ou attaché à d'autres sans se sentir pleinement rejeter leur essence, mais le ton adopté par l'un et l'autre des partis laissait planer quelque chose de ce niveau là.

      Sinon, vous m'avez convaincu.

      Supprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.