vendredi 11 avril 2014

Définition de la tolérance

Vous êtes sans doute au courant que la société Mozilla, qui développe le navigateur Firefox, a viré la semaine dernière son patron Brendan Eich, co-fondateur, qui venait tout juste d'entrer en fonctions.
Ce malheureux avait fait un don de 1000$ à une société militant contre le mariage homosexuel. Cela lui a valu d'être mis à la porte sous des prétextes de tolérance.
Depuis, le net se déchaine, un appel au boycott de Mozilla #NoZilla est lancé et ça buzz sévère outre-atlantique mais aussi en Europe (pétition en ligne ici).
J'ai trouvé sur ce site un commentaire assez éclairé et simple dans sa formulation par un certain Mikki. Ce dernier donne sa définition de la tolérance :

"Actually, tolerance is not about 'not hating'. Actually, you can hate all you like and still be tolerant. Tolerance is about living with the fact that the person next to you has the freedom to believe, speak, and practice the things in which you hate. You don't have to like them. You don't have to believe them. You don't have to support them. You can HATE them. But true FREEDOM, is tolerating that this person that stands for everything you hate, is ALLOWED and FREE to stand for everything you hate. THAT is true tolerance."


Les ayatollahs gauchistes, du vivre-ensemble, de l'anti-racisme,
les LGBT, les pseudo-écolos et autres abrutis devraient méditer là-dessus.

Qu'ils aillent tous au diable et s'étranglent avec leur propre intolérance.

8 commentaires :

  1. Nous nageons en pleine folie.
    Ca va bien, toi ?
    Les manifs me manquent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca va oui ! Des projets : déménagement cet été ! :)
      Sinon côté politique, je suis désabusé, tous des enfoirés, l'Europe et les Etats-Unis risquent de provoquer une guerre en Ukraine comme en Ex-Yougo, les séparatistes sont adoubés, aidés et les autres traités d'ordures. Mêmes clichés, mêmes procédés. Vivement la retraite que je me tire dans une vieille bicoque avec mes poules, Io et plein de chats. Le reste n'aura alors plus d'importance :)

      Supprimer
  2. j'ai l'impression que parfois toi même, tu ne réponds pas à cette définition de la tolérance
    Par exemple, tu ne soutiens pas le mariage gay, soit, c'est ton droit, mais j'ai l'impression que tu voudrais (même milites) pour qu'il ne soit pas autorisé, tu ne le tolères pas
    je me trompe ?
    j'adhère en effet à cette définition de la tolérance : if you don't like gay marriage, don't get gay married
    je crois que je te l'avais déjà dit dans un commentaire il y a longtemps :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut !
      Oui, tu m'avais donné ta définition rapportée au mariage homo je m'en souviens parfaitement.
      Je suis effectivement contre le mariage gay. Pourquoi ? Et bien parce que ma définition du mariage va au-delà d'un simple cérémonial d’apparat dans une mairie quelconque. Parce que je donne une dimension autre au mariage. Le mariage pour moi est le socle à partir duquel se construit une famille.
      On aurait pu donner un autre nom au mariage pour les unions homos mais non, il a fallu cet égalitarisme forcené qui va jusqu'à dire qu'une famille c'est deux pères ou deux mères et un ou deux inséminés. Que des homos souhaitent officialiser leur union pour des raisons juridiques aucun problème ; on aurait pu étendre le domaine d'application du PACS mais faire de la famille une bouillie informe non. tout ça c'est surtout une histoire de gosse en fait, je ne veux pas qu'un gosse soit privé de son père ou de sa mère de facto à cause d'une loi.

      Supprimer
  3. Tu vois Vlad, moi ce qui m'énerve, et stp ne le prends pas trop personnellement, j'aimerai bien qu'on reste en bon terme :)
    Ce qui m'énerve c'est tous les gens qui sont bien persuadés de comment on doit élever un enfant, de vomment on doit aimer un enfant, de comment on doit fonder une famille
    Tous les "comment il faut" : comment il faut plier le linge, comment il faut boire son café, Comment il faut baiser ou de comment il faut faire cuire les pâtes,
    Bref, de comment toute chose doit être et ils sont si bien certains qu'ils savent qu'ils veulent virulemment l'imposer aux autres
    Le mariage est le socle d'une famille, bien d'accord, ne crois pas que parceque je ne partage pas ton point de vue sur le mariage ouvert aux homo je n'accorde pas la meme valeur au mariage que toi, sois bien convaincu que c'est le cas
    Pour autant, je ne pense pas que ma perception d'une famille (ou mariage) doit être imposée à tous, par exemple en refusant la qualification de famille (ou mariage) à toutes celles qui sont de forme et /ou nature différente
    C'est précisément pour ne pas dénigrer la qualité de famille aux famille fondées par les couples gays qu'ils sont bien mariés, engagés dans un mariage couple les couples non gays.
    Tu souhaiterais un autre nom que mariage, mais c'est un mariage pour fonder une famille et un foyer. Tu estimes qu'ils ne sont pas capables de fonder une famille. Alors c'est ta définition de famille qu'il faut exposer pcq celle de mariage est la même pour tous là.

    Par ailleurs, Je trouve l'excuse "je me preoccupe des enfants" fallacieuse.
    D'un je ne vois pas pourquoi tu pars du postulat que des enfants d'un couple gay ne peuvent pas avoir un pere et une mère (ca reste tjrs le moyen le plus simple de concevoir un enfant).
    De deux je ne vois pas pourquoi un enfant dans un couple gay serait moins heureux ou en danger dans sa famille par l'absence d'un pere ou d'une mere si c'est le cas. Avoir un pere et une mere n'est garant de rien, et il me parait que ce dont a besoin un enfant c'est de référents des 2 sexes, le lien parent-enfant est en fin de compte un raccourci pcq il est le plus commun.
    De trois à partir du postulat qu'un enfant DOIT formellement avoir un pere et une mere, les enfants des couples gays sont numérairement négligeables comparés à ceux qui naissent de femmes seules, de relations adultérines, a tous ceux dont les aprents divorcent et brisent des unités familiales etc etc
    Mais tu t'acharnes contre les enfants des couples gays, et seulement eux (jamais entendu te plaindre du fait que des femmes ont des enfants seules, ou sans volonté de fonder une famille, ou l'abandonne, ou contre le divorce, le tout au nom de la protection de l'enfant)
    ce qui laisse penser que tu n'as que peu à faire des enfants en général mais une dent contre les gays.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponse 1/2
      Bonjour Kahazara, daigne m'excuser pour la réponse tardive.
      Je ne sais que te répondre à vrai dire. Quelques points sur lesquels j'ai tiqué et qui te permettront je pense de mieux percevoir ce que je pense de tout cela.
      Tout d'abord j'ai noté que tu parles justement de la tienne, perception, du mariage, proche de la mienne, que tu ne souhaite pas "imposer" à ceux qui sont de "forme" et/ou de "nature différente".
      Le mariage est pour moi l'union d'un homme et d'une femme, union préalable à la création d'une famille comme je te le disais. Je me répète, je sais, mais considérant que cette phrase est un axiome, je ne vois pas en quoi nos perceptions imposent quoique ce soit. C'est aussi cela ma définition du mariage, cette dernière étant intangible.
      Ce mariage qu'on veut étendre à des couples homos est pour moi une fumisterie sans nom : les homos ne sont pas des gens à part, ce sont des hommes et des femmes comme toi et moi. Ils éprouvent une attirance pour les gens de même sexe qu'eux, contrairement aux autres. Alors pourquoi en faire une catégorie à part ? Tu auras noté que j'ai mis entre guillemets les mots "forme", "nature différente", de ton commentaire que j'ai repris plus haut.
      L'attirance sexuelle d'un temps (car ce n'est pas définitif, on ne le dit pas assez, ça peut aussi évoluer plusieurs fois pour les individus), ne saurait pour moi remettre en cause la définition du mariage.
      Le mariage est de plus ouvert à tout homme et toute femme, car c'est là où on berne tout le monde depuis le début, les homos qu'on met à part comme si c'était des extra-terrestres sont bien des hommes et des femmes. Et oui...
      Abordons maintenant le thème de la frustration que peuvent éprouver des hommes ou des femmes attirés par des hommes et des femmes de même sexe (on va dire homos hein pour faire plus simple, même si ça m'agace). Cette frustration je peux la comprendre Kahazara, mais bon Dieu, pourquoi vouloir dénaturer l'essence même du mariage, élément constitutif d'une famille pour assouvir le besoin naturel de la reconnaissance de l'amour de deux individus aux yeux de la société ?

      Supprimer
    2. Réponse 2/2
      Eduquons les enfants plutôt, expliquons-leur qu'il y a toujours eu des gens qui aiment les personnes de même sexe qu'eux, et qu'il y en aura toujours. Expliquons-leur que ce sont des hommes comme les autres (justement, je rebondis sur ce que je te disais plus haut), qu'il ne faut pas ce moquer d'eux etc. Plus de tolérance oui, mille fois. Peut-être alors réduira-t-on le sentiment d'intolérance vécu par certains homos et je le souhaite de tous mes voeux.
      A propos de la famille maintenant :
      Je suis intimement convaincu que deux hommes ou deux femmes de bonne volonté peuvent éduquer et élever un enfant. Quand bien même j'abhorre tout comme toi ceux et celles qui sont convaincus de détenir la vérité en matière d'éducation, ce n'est pas, encore une fois, un motif suffisant pour dénaturer le mot famille. Mais entendons-nous bien, une famille adoptive constituée de deux homos ne me choque pas, comme je l'ai dit plus haut ce sont des hommes comme les autres, cependant, je considère qu'un gosse a besoin d'un référent masculin et féminin. Et ça aussi c'est intangible, tout comme le mariage.
      Bien sûr que les gamins peuvent s'en passer, qu'ils grandiront, auront deux bras, deux jambes, un métier et une famille plus tard. Tout comme, des gosses sans pères (décédé ou parti vaillamment avant la naissance, c'est mon cas d'ailleurs) pourront devenir adultes. Ca c'est la deuxième fumisterie, vouloir nous faire croire à coups d'études bidonnées que les gosses peuvent se passer d'une mère ou d'un père dans leur éducation. Sous prétexte qu'ils sont valides intellectuellement et physiquement, on va vouloir leur enlever un de leur référent.
      Je trouve ça particulièrement cruel. Pour assouvir le désir d'enfants de deux personnes de même sexe, on leur enlève dès le départ l'élément constitutif d'une famille qui permet l'épanouissement optimal de l'enfant. Et à coup de loi en plus.
      Tout comme je ne souhaite pas qu'on ampute le besoin naturel de l'enfant d'avoir un père et une mère, je suis contre les femmes qui font leur gosse seules ou bien les adoptions par des personnes seules.
      Quant à l'argument expliquant qu'il vaut mieux être dans une famille de deux homos que de deux hétéros violents et irresponsables, et que c'est une bonne raison pour autoriser la PMA et la GPA, ça ne tient pas debout. Si l'affirmation précédente est évidente, pour autant, ce n'est pas une raison pour légiférer et autoriser la PMA et la GPA pour les homos qui priveront, je le répète, les enfants d'un père ou d'une mère.
      D'ailleurs je suis contre les GPA pour les hétéros également.
      Désolé pour ma réponse longue et sans doute décousue.
      et puis pour finir, non, je n'ai aucune animosité particulière envers les homos. Ca aussi c'est une fumisterie, vouloir faire croire que ceux qui ne souhaitent pas la dénaturation du mariage sont des homophobes.
      Les arguments pour le mariage homo, la GPA et la PMA, sont our la plupart de vulgaires sophismes qui se heurtent à des réalités intangibles. La réalité est ce qu'elle est, on aura beau faire des circonvolutions intellectuelles de politiques, ça n'y changera rien.

      Supprimer
  4. Nous vous embêtez pas voici Iron
    http://www.srware.net/fr/software_srware_iron.php

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.