jeudi 16 mai 2013

Qui nous gouverne ?


"Des énarques, certes, mais on sait moins que tous ou presque, à l'UMP comme au PS, sont membres de deux clubs sulfureux, le Siècle et la French American Foundation, deux clubs parmi les plus discrets mais les plus influents de France."

>>>La suite à lire ici

Alors que l'on parle de conflit d'intérêt et de collusion, un éclairage très intéressant à lire sur les deux clubs mentionnés ci-dessus.
Tout ceci ne fait qu'accréditer les thèses de la pseudo-alternance politique française dont j'ai déjà publié quelques billets sur ce blog.
La plupart des hommes politiques se tapent sur l'épaule dans des clubs Select et dans l'arrière-salle des prétoires politiques, ils se refilent leurs bonnes adresses et leurs tuyaux. En façade c'est la guerre, le citoyen pense avoir une diversité d'opinion au travers de courants politiques manifestement divers, mais en réalité sur des objectifs tels que la gouvernance européenne ou bien l'allégeance à une politique atlantiste, ils sont tous d'accord. La pluralité politique est en partie verrouillée.
L'UPR le parti pour lequel je me sens à ce jour le plus proche ne cesse de le dire. En avez-vous déjà entendu parler ? Non ? C'est normal, les journalistes main-stream participent aussi à cette partouze généralisée.

4 commentaires :

  1. Je ne découvre rien puisque j'en ai déjà fait un billet ou deux. la lecture de la notice wikipedia est très instructive sur Le Siècle. Tiens , on y apprend que la quasi totalité des inspecteurs généraux des finances en font partie. Idéal pour influencer comme ils le souhaitent la politique fiscale de la France.

    Quant à l'ENA, c'est endogamie ou consanguinité , au choix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je me souviens de ton billet :) Bonne journée.

      Supprimer
  2. Oui, bien sûr, même l'électeur moyen s'en doute bien, enfin celui qui n'est pas trop con. Seulement une fois qu'on a dit ça, qu'est-ce qu'on fait? Ces mecs là tiennent tous le pouvoirs et surtout les media. Comme ces derniers disent aux braves gens qui ils doivent élire, c'est verrouillé comme une ceinture de chasteté.
    On est foutus.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas si sûr qu'autant de monde s'en doute, chez les jeunes du moins. Il faut bien souvent quelques années de désillusion avant de s'en rendre compte.
      Que fait-on ? Il faut rétablir un vrai contre-pouvoir oublié par la presse. Déjà on arrête de la subventionner. Ensuite il faut fragiliser la fonction politique, des élections par tirage au sort, des mandats uniques, sont autant d'idées qui m'interpellent bien que je sois dubitatif sur leur mise en application réelle.

      Supprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.