mardi 7 mai 2013

Mur des cons : Pétition pour Clément Weill-Raynal

Un syndicat qui représente 30% des magistrats, le Syndicat de la magistrature, a affiché dans ses locaux un “mur des cons”. Les personnes mises en cause sont des hommes politiques, des intellectuels, des journalistes, des juges, pour l’essentiel classés à droite.
Figurent aussi sur ce “mur des cons” les parents de deux victimes de criminels récidivistes.
La divulgation de ce que ce syndicat qualifie de “blague de potaches” suscite une vaste indignation dans l’opinion et un doute, légitime, sur l’impartialité des juges adhérents du SM.
Mais cette question majeure risque aujourd’hui d’être occultée par un règlement de comptes interne à France Télévisions contre le journaliste qui a révélé l’existence de ce mur. Clément Weill-Raynal est aujourd’hui menacé de sanctions par sa direction à la demande du Syndicat National des Journalistes et de la CGT. Ces deux organisations veulent ainsi punir le chroniqueur judiciaire de France 3 d’avoir fait son travail et dévoilé un scandale concernant le Syndicat de la magistrature dont la CGT et le SNJ sont politiquement proches.
Nous demandons que cesse cette chasse à l’homme. Au nom de la liberté d’informer, nous soutenons Clément Weill-Raynal. (source)

Pour signer la pétition et soutenir Clément Weill-Raynal, c'est chez Causeur

... Et pour dire ce que vous pensez de ces gros enfoirés du syndicat de la Magistrature, c'est par ici dans les commentaires.
Je n'ai pas de mots assez forts pour décrire le mépris que j'ai pour des gens qui avilissent ainsi leur fonction, sans vergogne aucune qui plus est.
Ils sont à l'image de certains gauchistes et de certains membres de ce gouvernement.
La violence, le dédain, la suffisance sont de leurs côtés.
Ces gens sont totalement coupés de la réalité et sont loin de se douter de l'impact désastreux que ce genre d'affaire peut avoir.
Qu'on ne s'étonne pas que les Français aient alors quelque méfiance vis à vis d'une justice salie par des merdeux dans leur genre.
Et qu'on ne s'étonne pas que les Français aient quelque défiance vis-à-vis d'une presse plus prompte à défendre ses camarades, quitte à les lyncher, que de faire leur travail : informer.

8 commentaires :

  1. signé !

    et quelle arrogance , le sentiment qu ils ont d'être au dessus des autres. Pouah !

    RépondreSupprimer
  2. C'est en effet assez stupéfiant que ce journaliste soit ainsi livré à la vindicte de la SNJ, la CGT et la vox populi.
    Par curiosité, j'ai relu la Charte de Munich, éditée en 1971, qui fixe le code de déontologie des journalistes.
    J'y ai relevé quelques points intéressants (pour les détails, il suffit d'aller sur le site du SNJ):

    "Préambule
    Le droit à l'information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain. De ce droit du public à connaître les faits et les opinions procède l'ensemble des devoirs et des droits des journalistes.


    La responsabilité des journalistes vis-à-vis du public prime toute autre responsabilité, en particulier à l'égard de leurs employeurs et des pouvoirs publics.

    Déclaration des droits
    1. Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources d'information et le
    droit d'enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret
    des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par
    exception et en vertu de motifs clairement exprimés.

    Déclaration des devoirs
    Les devoirs essentiels du journaliste dans la recherche, la rédaction et le commentaire des événements sont :

    1. Respecter la vérité, quelles qu'en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité.
    2. Défendre la liberté de l'information, du commentaire et de la critique.
    (...)
    4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents."

    C'est sur ce dernier point, sans doute, qu'on cherche à le coincer.
    En effet, il a commis là une faute grave car il n'est pas concevable que des magistrats aient pu lui refuser ce que stipule l'alinea 1/ de la déclaration des droits, à savoir "le libre accès de tout journaliste à toutes les sources d'information".

    Maintenant, avant de signer cette pétition, j'aimerais savoir s'il en existe une autre qui offre de soutenir les parents de victimes exposés à la risée de SNM.
    Car si constituer un "mur des cons" avec la bobine des politiques est critiquable, faire de même avec ces pauvres gens est ignoble.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien vu Io ! ;)
      Biz
      PS : Tout comme toi, savoir que ces connards ont placardé la photo de victimes m’écœure totalement.
      C'est des ordures sans coeur, sans morale.
      Une destitution de ce syndicat aurait été plus qu'approprié.

      Supprimer
  3. Il faut bien comprendre que la Justice et les media sont entre les mains des gauchistes les plus sectaires. Seulement, comme ils tiennent tous les pouvoirs, nous pouvons faire tout ce que nous voulons, nous sommes cuits d'avance.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Nouratin.
      Je rajouterais que nous avons une droite minable incapable de se mettre en place pour jouer son rôle d'opposition.

      Supprimer
  4. On peut aller sur pro russia Tv qui diffuse une interview du général Schmitt, père de la victime d'un multirécidiviste, Le général Scmitt a porté plainte pour injure publique contre le syndicat de la magistrature, et on dirait qu'il ne va pas en rester là.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'information. Je vais aller voir.

      Supprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.