dimanche 1 juillet 2012

Un ami qui me veut du bien


Figurez-vous que j'ai un copain que je ne vois jamais mais qui me laisse de temps à autre quelques commentaires sur ce blog.
Il m'envoie également par email des liens vers des articles plutôt variés, traitant de politique alternatives généralement, mais aussi tout un tas d'autres trucs qu'il juge pertinents.
Et c'est donc ainsi, que cet ami qui me veut du bien, assurément, m'envoie un texte fort instructif au demeurant sur...Les hémorroïdes.
Comme je me soucie de votre santé, je vous le retranscris ici, de la même manière. Vous y apprendrez comment lutter contre ce fléau, comment aller aux selles etc. Bref tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les veines du cul qui se dilatent sans jamais oser le demander.
... Non, non, ne me remerciez pas... Ah ah ah
Spéciale dédicace à Ankalogon que je soupçonne d'user de substances psychotropes, car comment expliquer autrement qu'on envoie ce genre de texte - spontanément - par email. ;))



"Environ la moitié de la population souffrira d'hémorroïdes à un moment ou un autre de sa vie, habituellement entre 20 et 50 ans. Ce n'est pas nécessairement un problème de personnes âgées ou constipées, cela peut arriver à chacun, y compris les personnes en bonne santé, mais qui passent beaucoup de temps en position assise.
Les hémorroïdes, qu'elles soient internes ou externes, sont causées par la dilatation et l'inflammation de veines dans le rectum et sur l'anus.
La principale différence est la douleur : les hémorroïdes internes ne font pas mal parce que les veines gonflées se trouvent dans la partie haute du rectum, qui n'est pas innervée. Il peut même n'y avoir aucun symptôme. Mais souvent, vous constaterez que vous avez un peu de sang rouge dans les selles. Les traces apparaissent sur le papier toilette ou sur la cuve. Le fait que le sang soit rouge prouve que le saignement a lieu dans la partie inférieure de la voie gastro-instestinale. S'il a lieu plus haut, dans l'estomac ou l'intestin, il a le temps de coaguler pendant la digestion et présente une couleur noire.
Un autre signe d'hémorroïdes internes est la présence de selles liquides, et l'impression de ne pas avoir « fini ».
Les hémorroïdes externes, elles, peuvent faire horriblement mal. Certaines personnes ne peuvent plus marcher. Non soignées, elles peuvent dégénérer en thrombose, c'est-à-dire qu'elles deviennent bleu violacées et saignent.
Un problème de mode de vie
La fréquence des hémorroïdes dans les pays industrialisés n'est pas une surprise, vu le régime et le mode de vie de la majorité de la population. Elles sont beaucoup plus rares dans les autres pays.
L'origine des hémorroïdes est une pression trop forte dans des veines fragilisées. Cette pression est provoquée par les problèmes de digestion, causés par une nourriture pauvre en fibre, la sédentarité (en particulier la vie de bureau), l'obésité. Elle est fréquente également chez les femmes enceintes mais les hémorroïdes disparaissent après l'accouchement.
Les habitudes aux toilettes peuvent aggraver la situation, provoquant irritations, saignements, et démangeaisons :
• Il est important de ne pas « pousser » aux toilettes. Le mouvement naturel des intestins doit provoquer l'expulsion des selles sans forcer, le moment venu ; vous pouvez toutefois exercer une légère pression, jamais plus de quinze secondes de suite, avec vos abdominaux ;
• Pour cette raison, il est important de ne pas attendre lorsque vous ressentez l'envie d'aller aux toilettes. Respectez le rythme naturel de votre digestion ;
• Ne restez pas assis plus que cinq minutes d'affilée aux toilettes. Cette position augmente la pression sur le rectum, ce qui n'est pas exactement le but recherché si vous avez déjà des veines en train de gonfler et d'éclater. Si nécessaire, levez-vous et aller faire un tour en attendant que l'envie revienne.
• Il ne faut pas frotter de façon excessive avec le papier toilette ; toutefois, la plus grande propreté est de rigueur, pour éviter inflammation et infections. L'usage d'un robinet d'eau pour se laver, tel qu'on en trouve dans les pays arabes, explique la moindre prévalence des hémorroïdes.

• La position assise en hauteur sur la cuvette ne favorise pas autant l'expulsion que la position accroupie, et c'est pourquoi la nécessité de « pousser » peut être d'autant plus forte. Une étude publiée dans les années 80 avait montré que, chez 18 personnes sur 20, le fait d'aller aux toilettes en position accroupie avait fait disparaître les hémorroïdes. Je ne suis pas en train de dire qu'il faut remplacer vos toilettes par un simple trou dans le sol ; mais il est d'autant plus important d'avoir un système digestif en bonne santé que la position dans laquelle nous avons l'habitude d'aller aux toilettes n'est pas exactement celle pour laquelle nous avons été conçus.
Soyez attentif aux saignements
Si vous avez des saignements liés aux hémorroïdes, consultez un médecin, en particulier si c'est la première fois que cela vous arrive.
En effet, ces saignements peuvent avoir d'autres causes, plus graves, dont le cancer colorectal, qui est une forme répandue de cancer.
A noter que la vitamine D est un des meilleurs moyens de diminuer votre risque de cancer du côlon. Assurez-vous de prendre votre dose de soleil et de consommer autant de poissons gras que possible (trois portions par semaine).


Prévenir les hémorroïdes
Les hémorroïdes sont le plus souvent provoquées par la constipation. La constipation, elle, est en général causée par un mauvais régime alimentaire, le manque d'exercice physique, le stress, et la déshydratation.
Elle peut aussi être causée par l'abus de laxatifs chimiques, le syndrome du côlon irritable, et l'hypothyroïdie.


Pour prévenir la constipation :
• Manger une nourriture riche en fibres. Attention, les fibres alimentaires n'ont rien à voir avec ce qu'on appelle des « fibres » dans le langage courant. Ce n'est pas parce qu'un aliment est mou, facile à avaler, voir liquide, qu'il ne contient pas de fibres. Il n'y a pas que le « All Bran ». Par exemple, le jus de poire est exceptionnellement riche en fibres. Les graines de lins, que vous devez écraser à l'aide d'un moulin à café avant de les consommer, sinon elles passeront tout rond dans votre système digestif, sont aussi une très bonne source de fibres. Il existe enfin des graines, originaires d'Inde, qui sont le laxatif naturel par excellence : le psyllium. Elles étaient déjà utilisées 10 siècles avant Jésus-Christ par les médecins de la Haute-Egypte – et sont toujours aussi efficaces aujourd'hui. Veillez à choi sir du psyllium bio. Allez-y doucement au départ si vous n'êtes pas habitué à manger beaucoup de fibres.


• Pour tonifier vos veines, mangez des flavonoïdes. Ce sont les substances qui colorent les fruits. Vous en trouvez en grande quantité dans les oranges fraîches... mais aussi dans le vin rouge. En fait, le vin, c'est de l'alcool plus des flavonoïdes en grande quantité. Il semble également que les populations consommant la moitié de leur graisse sous forme d'huile de noix de coco vierge aient de meilleures veines, et rarement d'hémorroïdes.
• Buvez de l'eau riche en minéraux : la couleur de votre urine vous servira de guide pour savoir si vous êtes bien hydraté. Elle doit être jaune claire. Si vous prenez des multivitamines, ne vous étonnez pas cependant d'avoir des urines jaunes éclatantes, résultat de la vitamine B2. L'eau « Hépar », très riche en calcium, est efficace contre la constipation ;
• Consommez des probiotiques de haute qualité. Une bonne flore intestinale ne permet pas seulement une bonne digestion ; c'est une condition essentielle pour atteindre une santé optimale.
• Enfin, faites en sorte de maintenir votre niveau de stress sous contrôle. Eliminez de votre existence les sources inutiles d'angoisse, si vous le pouvez. Une vie plus détendue, des émotions mieux maîtrisées contribueront de façon peut-être décisive à éliminer les problèmes gastro-intestinaux, et par voie de conséquence les hémorroïdes.


Remèdes naturels contre les hémorroïdes
Cette édition de Santé & Nutrition ne serait pas complète si je ne faisais pas la liste des produits naturels qui contribuent à guérir les hémorroïdes :
La première plante à utiliser est indiscutablement l'hamamélis. Les Amérindiens l'utilisaient avant Christophe Colomb. La Commission E en Allemagne (sur les plantes médicinales), l’ESCOP et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) reconnaissent toutes l'usage de l'hamamélis pour soigner les varices et les hémorroïdes. Les feuilles et l’écorce de l’hamamélis renferment de 8 % à 12 % de tanins auxquelles sont attribués les effets astringents, anti-inflammatoires et hémostatiques de la plante. « Astringent » veut dire que les pores de la peau se resserrent sous son effet. La peau se raffermit.
Pour renforcer les veines, le fragon faux houx (Ruscus aculeatus) est votre plante de choix. Surnommée la « plante des jambes légères », elle contient un glycoside stéroïdien, la ruscogénine, utilisé dans des pommades pour les hémorroïdes (Ruscorectal) ou les poches sous les yeux. En effet, sa racine, ou plus exactement son rhizome, a des vertus diurétique et vasoconstricteur, ce qui signifie qu'elle resserre les veines.
A noter que la ruscogénine est souvent utilisée en association avec la quercétine. C'est un flavonoïde aux effets anti-inflammatoires qui est souvent associé à la vitamine C, et c'est à elle que le ginkgo et le millepertuis doivent leurs vertus médicinales. Prendre 200 à 400 mg trois fois par jour.
Le marron d'Inde (Aesculus hippocastanum) renferme lui aussi des tanins catéchiques, des flavonoïdes, des dérivés puriques et des saponosides triterpéniques. Ceux-ci constituent l’aescine, connue pour des propriétés anti-hémorroïdaires. Il est très utilisé en homéopathie.
En cas d'urgence et si aucune herboristerie ne se trouve à votre portée, vous vous contenterez de glaçons. Cela n'est efficace évidemment que pour les hémorroïdes externes, et vous prendrez soin de ne pas appliquer le glaçon directement, mais enveloppé d'un linge pour éviter de vous brûler la peau avec le froid.
Si vous avez de la crème d'aloe vera, vous pouvez vous en servir pour l'appliquer sur la zone douloureuse.
Le traitement chirurgical doit être réservé pour les cas graves, en dernier ressort. Il se peut toutefois qu'il n'y ait pas d'autre solution.


A votre santé !"


Jean-Marc Dupuis (publié chez Santé et Nutrition)

12 commentaires :

  1. j'ai pas tout lu, ça me faisait ch......
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai réussi !
      Mon blog contre la constipation !

      Supprimer
  2. billevesées ou hallucinations sensorielles ?
    Je ne dis pas que le pb des hemorroides ne soient pas importants mais tant qu on est pas emmerdé avec ça, pourquoi s'en soucier ? :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est bien la question que je me pose... :)

      Supprimer
  3. Raaah! Mais d'où sort cette photo?
    Elle est horrible!
    :) :) :)

    Sujet explosif, dis donc.

    RépondreSupprimer
  4. Je ne pousse jamais aux toilettes, j'ai des revues pour patienter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au hasard, les revues c'est sur les caisses, les pin-ups ou la zik ?

      Supprimer
  5. Vlad
    je pense que ton ami a compris et cherché à le faire savoir, et il y a mis un certain doigté, que ton absence prolongée ne pouvait s'expliquer que par un problème de ce genre, te retenant des heures durant aux toilettes par exemple
    ce mail est donc une invitation à te prendre en main, te soigner et revenir bloguer
    Bon, t'as pas d'hémorroïdes... des calculs rénaux peut être ?
    est ce que tu as besoin d'une recherche approfondie sur les calculs rénaux ?
    dis le, on est là pour t'aider !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beuh..une recherche approfondie ?? Nann j'vais bien je te remercie ;)
      Sinon tu ne m'avais pas dit que t'avais un nouveau blog ?
      Et pis t'es pas plus prolixe que moi d'ailleurs, il fut un temps tu causais pas mal sur méditationsmétacritiques...

      Supprimer
  6. L'image très bien choisie, les commentaires intéressants et rigolos. Je veillerais à ne pas pouriéler les courriels. Cela étant, cet article me rappel un collègue qui en avait souffert (des hémorroïdes pas de mes pourriels).
    En passant me voir au bureau pour causer de choses et d'autres, lors de la conversation à plusieurs reprises je l'invitais à s'installer dans le fauteuil, en plus cela m'énervait d'être regardé de haut...
    Une réflexion à là con de ma part :
    - T'as des hémorroïdes !
    - Oui !
    Et là le gars me raconte l'histoire du début à l'étape chez le chirurgien, le tout avec des mots bien choisie et beaucoup d'humour. En fait suite à cette anecdote, je me suis aperçue des sottises des uns et des autres (je suis dans le lot) sur la politique, le cul, etc, mais lorsque cela touchait la santé, c'était un sujet très tabou...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non ! Continue à "pouriéler !"
      T'es toujours le bienvenu ici, pis tu m'as bien fait marrer avec ton email. Cela étant, je connaissais plus ou moins les trucs qui sont écrits dans l'article, et plus sérieusement, c'est pas inintéressant :)

      Supprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.