dimanche 29 janvier 2012

Largué

Henric de la Cour

Bon...
On arrête les conneries maintenant. Ca fait une plombe que je traîne mon putain de mal-être de merde à me faire sauter le cerveau certains soirs. Et bien c'est tombé sur vous, tant pis, ce soir je partage façon 2.0.
J'ai dû être un putain de salaud dans mes vies antérieures, baisant à droite à gauche et répudiant femmes et enfants, parce que s'il y a un truc pour lequel je suis abonné c'est de me faire larguer.
Largué avant la naissance par un inséminateur qui réapparaît une seconde fois 13 ans après pour disparaître de nouveau 26 ans plus tard. Un bel enculé.
Largué par la fac où je me suis vautré dans une débauche musicale, préférant concerts et bitures à l’embryogenèse de l'oursin.
Largué par pas mal de gonzesses et ma femme récemment.
Largué par une putain de société où les mensonges médiatiques et politiques rivalisent d'ingéniosité pour mieux nous entuber.
Largué par cette Europe pourrie inféodée aux states, qui asservie les nations.
Largué par une mondialisation où l'humain, tel un poulet en batterie, déshumanisé, dénationalisé, lobotomisé par la télé et nourri à la propagande gonfle le chiffre d'affaire de puissances financières sans scrupules.
Largué par cette campagne présidentielle. Un pantin-présidentiable de plus... Aucun espoir de sortir du carcan de l'alternance, c'est comme l'eurovision, les jeux sont faits, tout le monde s'est mis d'accord, inutile d'envoyer vos sms.
Largué par un pays qui exporte la démocratie à coup de bombes.

Largué mais réaliste : Je suis un privilégié, je bois mon pinard, tape sur l'ordi, écoute ma musique dépressive, je suis au chaud et je ne crève pas la dalle.

Agent Side Grinder


Dans ces moments-là, retour aux fondamentaux : musique.

Noire et bien sombre s'il vous plait. Pour gratter là où ça fait bien chialer, pour descendre tout au fond, dans le noir absolu d'une conscience écrasée par une pression insupportable. Se laisser submerger par l'émotion, laisser la musique jouer son rôle de catalyseur, remplacer le raisonné par le ressenti.
Une fois tout au fond, quand on n'est plus qu'une sous-merde, véritable boulette de nerfs endoloris où la moindre pensée fait un mal de chien dans sa boîte crânienne, on fait le switch, on éteint les feux et on se laisse guider par la mélodie. C'est la transe contemporaine, pas besoin de prendre des psychotropes, on finit par se balancer frénétiquement au rythme de la complainte originelle, celle de l'homme-enfant largué par Dieu dans le jardin de la connaissance.
On reste alors là, suspendu, dans une zone bâtarde de l'espace-temps, jusqu'à ce qu'une inspiration, un souffle, un mouvement nous réveille et nous sort de cette catharsis.
Le réveil est rude, on en ressort éprouvé et éreinté.
Posologie : A renouveler tant que le mal-être persiste.

Ce soir les suédois sont à l'honneur. Henric de la Cour (chanteur de Yvonne et Strip Music) et son album solo m'a accompagné dans mon trip pour son côté damnation éternelle sanguinolente. Mais aussi, Agent Side Grinder, groupe industriel post-punk aux relents no future industriels post apocalyptiques pour l'époque pourrie qui sent la guerre et la crise. Hypnotique.


Dracula, Henric de la Cour, Henric de la Cour (2011)
Clinic, Henric de la Cour, Henric de la Cour (2011)
The Screams, Agent Side Grinder, Agent Recording Tape (2010)
Blue Streaks, Agent Side Grinder, Agent Recording Tape (2010)
Wolf Hour, Agent Side Grinder (feat. Henric de la Cour), Hardware (2012)
Eyes of the Old, Agent Side Grinder, Agent Recording Tape (2010)

49 commentaires :

  1. Moi dans ce cas là, je mets Veronique et Davina "toutouyoutou" je bouge mon corps, bois un jack ou un johnny et hop ça repart !
    Essaie après moi et n hésites pas a tel si besoin
    biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ahh pourquoi pas...:)
      Par contre j'suis un peu rouillé pour le step et le grand écart.
      Merci Corto et à bientôt.

      Supprimer
  2. Vlad, tu sais que tu m'as émue, là.
    Fasse le Ciel que tu sois vite délivré de tout ça.
    Bisou

    RépondreSupprimer
  3. Réponses
    1. Salut toi ! Alors quand est-ce qu'on se voit ? Je t'appelle bientôt pour un verre. Bise

      Supprimer
  4. Essaie les voyages, changer d'horizon, ça peut le faire.
    Le seul petit hic, c'est quand on revient... mais ça aère les neurones et ça remet les choses en perspective. Parfois, c'est suffisant. Quoi qu'il en soit, courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Deef, c'est vrai que les voyages ça fait une coupure. Pas d'inquiétude hein, je serais encore là pour poster mes billets débiles et vous faire supporter ma musique de merde, ah ah ah. :)

      Supprimer
  5. Ouais allez tiens! Balance ta musique de merde et tes billets débiles!
    On s'en lasse pas :)

    RépondreSupprimer
  6. Souvent le matin quand je me lève, je me demande comment je vais faire pour continuer...je me sens souvent très MAL... et puis je me dis que survivre dans une époque pareille c'est déjà une victoire. Et puis je pense à mon meilleur pote, emporté par une leucémie foudroyante... et puis à mes enfants que je ne peux pas laisser tomber ... et tout mon petit monde animal, qui s'en soucierait ?
    Pour la musique, comme tu le sais je suis servie: Baroque, 18h sur 24 en live...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ouais, on s'y attache aux animaux et aux marmots ...

      Supprimer
  7. Moi, jsuis comme toi : je me laisse tomber jusqu'au fond puis je ne peux que remonter.
    Pour tomber : http://www.myspace.com/video/vid/22945285#pm_cmp=vid_OEV_P_P
    Pour se relever : les encouragements de tes fidèles lecteurs :^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pfff c'est malin, tu bosses chez Kleenex ? Je viens d'en balancer 2 mètres cube...:))
      Sinon, voui, il y a des gens qui s'enfoncent très bas pour mieux remonter.
      Merci pour ta visite.

      Supprimer
  8. Salut la Ralouille, pas la grande forme mais je comprend, m'est arrivé d'avoir très mal aussi mais, remet toi vite, on a besoin de toi, de ta musique débile et de tes billets de merde euh non j'exagère...de ta musique de merde et tes billets débiles :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ah ah... Tu m'as bien fait marrer. Pas de souci !
      Merci à toi.

      Supprimer
  9. Vivement qu'on s'en jette une ensemble à un #kdb!

    RépondreSupprimer
  10. l’embryogenèse de l'oursin > Je ne connais personne qui y a résisté :((

    RépondreSupprimer
  11. Largué par une mondialisation où l'humain, tel un poulet en batterie, déshumanisé, dénationalisé, lobotomisé par la télé et nourri à la propagande gonfle le chiffre d'affaire de puissances financières sans scrupules. > joliment bien dit!!

    RépondreSupprimer
  12. . Henric de la Cour d'école? il était dans quelle classe? je décoônnne je ne connais pas ce nom, ce groupe, cette musique, ces accords avant ... même que ici (on live) tu nous en parlasses !! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah faut bien qu'une tête de con en parlasse hein... A ton service !

      Supprimer
  13. IoJan 29, 2012 03:06 PM

    Ouais allez tiens! Balance ta musique de merde et tes billets débiles!
    On s'en lasse pas :) > t'as vu coment elle te jacte la "Lo" !!waouhhh quelle "femme" :)))

    RépondreSupprimer
  14. Le Prince Vlad qui chiale maintenant. J'en pouffe de rire dans mes sabots. Va chez Lo, il y a des crêpes qui viennent du Moyen-Age à boulotter après tu pourras vomir du haut de ses murailles, il paraît qu'elle se fait monter des machicoulis, mais je ne dirais pas de quel côté des remparts, secret défense, mon vieux, t'as qu'à chercher !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh...Où t'as vu un Prince ? T'as vu ma tronche de tête de noeud ? Arf...
      Vlad, le vampire des carpettes !
      Ah ah ah
      Des mâchicoulis ? Desquels paraîtrait-il des gueux braillards et dépenaillés s'amusent à déféquer visant les invités en contre-bas.
      Pouah...!

      Supprimer
    2. Non, il est techniquement impossible de déféquer du haut des mâchicoulis, mais de pisser dru oui ! Je n'ai pas vu de gueux chez la Comtesse, puisque j'étais invité d'honneur. Mais je les aurais propremant abattu d'un coup de carreau d'arbalète, la Comtesse en ayant une très belle collection avec des carreaux à barbillon (mes préférés)au sous-sol carrelé par une horde de serbes qui se sont volatilisés dans les murs par la suite !

      Supprimer
  15. La sangsue doit être clampsée à l'heure qu'il est. A moi les crêpes de la châtelaine de Saint-Denis de la Pâte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors ? Ca balance sec des mâchicoulis ? ;)

      Supprimer
    2. Il semblerait que la Dame s'en est entichée. Il y a de la maçonnerie à faire, dans les règles de l'Art, je pense au Nombre d'Or et aux traditions de la Pierre. Il ne s'agit pas de se contenter de chier dans une truelle.

      Elle pense à des échauguettes et je lui ai suggéré un donjon. Je trouve cela torride, un donjon, surtout pour l'heureux élu. Je potasse les plans pour un donjon draculesque...

      C'est mieux qu'un cercueil à la cave.

      Supprimer
    3. Je préfère le cercueil à la cave : le pathétique rejoint le tragique de la situation. Et puis autant se damner jusqu'au bout, avec des goût douteux issus de je ne sais quel cerveau malade mort depuis des lustres.

      Supprimer
    4. Pouf, un cercueil à la cave !

      Le grand Vlad avait des manières de Prince...outre avoir repoussé le Turcopole dont l'ombre du Croissant menaçait les coupoles au ventre bombu, il s'exerçait dans l'art de l'empalement. Bien pratiqué, le pieu perçait le coeur et la victime... souffrait... peu. Mal pratiqué, le pieu s'accrochait aux vertèbres et l'agonie pouvait durer entre plusieurs heures et plusieurs jours. Le Prince a donc raffiné la technique en utilisant des pieux de différentes hauteurs afin que les empalés ne soient pas incommodés par l'odeur de leurs corolégionnaires.

      A toi de jouer, mon cher Vlad.

      Supprimer
    5. Oui, le Tepes était connu pour ses raffinements macabres. Mais il excellait également dans le plantage de clous dans la têtes d'émissaires... Il ne faisait pas bon être émissaires en ces temps-là, on s'en prenait plein la tête.

      Supprimer
  16. Réponses
    1. Ouaaaaisssss....C'est l'hiver merde...Je me traîne grave, on dirait presque un ado !
      Quelle horreur !!

      Supprimer
  17. Oh ben... je relève la tête de mes tripes et sort précautionneusement de mon cloaque pour aller saluer quelques happy few et voilà que je lis votre billet... Merde alors... voilà bien ce que cela m'inspire. J'ai une sympathie particulière pour vous, Vlad, et je suis peinée de vous savoir ainsi.
    Revenez-nous, si possible rasséréné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous la femme des steppes, vous me voyez bien marri de vous avoir infligé telle lecture.
      Ouais c'est un peu la merde comme vous dîtes, mais y'a pire hein (Frédéric François chantant l'amour à l'italienne par exemple).

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Pardon, où un tir d'arbalète maladroit.

      Supprimer
  18. Dès que tu manques un KDB, Kabice, c'est le bordel la preuve;-) Yallah

    RépondreSupprimer
  19. Réponses
    1. Ouais mais y'en a 21 qui sont de moi en réponse aux visiteurs !!!
      (et puis ce billet traîne lamentablement ici depuis une quinzaine de jours)

      Supprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.