samedi 30 avril 2011

Armes de reproduction massive en Libye

L'information loufoque de l'année c'est celle-ci :

"Les Etats-Unis ont affirmé hier que le régime de Mouammar Kadhafi distribue du Viagra à ses soldats pour violer des femmes, soulignant ainsi que la coalition, accusée par certains pays de dépasser le mandat de l'ONU, est confrontée à un adversaire atypique...(tant que Khadafi sera là, la coalition l'aura dans le cul !)...L'ambassadrice n'a pas donné de sources pour étayer ces accusations. Mais un autre diplomate a expliqué qu'elle avait fait ce commentaire lors d'un débat avec un autre ambassadeur pour illustrer le fait que "la coalition est confrontée à un adversaire qui commet des actes répréhensibles". (attention hein, la prochaine fois on dépose une main courante, bouh le vilain queutard...)
Soldat pro-Kadhafi, adversaire atypique usant d'armes non conventionnelles car dopé au Viagra. On les reconnait à leur putain de braquemard.
Par-delà le grotesque de cette annonce et du relais qu'en fait Le Figaro, nous voyons là toute la machinerie de propagande de l'administration guerrière américaine.
Souvenez-vous de l'affaire des couveuse du Koweit
Souvenez-vous des armes de destruction massive de Sadham Hussein
...Et maintenant les armes de reproduction massive de Kadhafi !

Par contre quand c'est la CIA qui distribue du Viagra en Afghanistan, ça ne la gène pas plus que ça, l'ambassadrice (Susan Rice)...
D'ailleurs quand les aviations des Etats-Unis, de la Grande Bretagne et des Pays-Bas larguaient des bombes à fragmentation au Kosovo ce n'était pas gênant non plus...Mais là le vilain Kadhafi il est méchant tout plein de les utiliser, surtout s'il se fourni ailleurs qu'aux states, un des pays producteur de bombes à fragmentation.

Qu'est-ce que la France est allée foutre là-bas ? Je ne suis pas anti-américain primaire mais depuis le départ je ne vois pas cette guerre libyenne d'un bon oeil. Voir mes billets à ce sujet.

Longue vie aux mariés !

Je le clame haut et fort, tous ceux qui critiquent le mariage de Kate Middleton et du Prince William sont de gros jaloux !
A écouter tous ces pisse-froid, un mariage c'est ringard ; une ferveur nationale ? Erk, quelle horreur !...Pis un Prince, non mais quelle connerie à l'heure des iPhone. Sans compter tout ce fric fichu par la fenêtre alors qu'il y a des pôôôvres qui n'ont rien à bouffer.

Arrêtons donc les contes de fée, remplaçons-les par des comptines communistes totalitaires ça fera rêver les gosses, abolissons les mariages : une déclaration par internet suffirait et surtout tuons tous les riches.

Par contre le string de Lady Gaga, les connards de canal + qui se la pètent et courir derrière un ballon c'est beaucoup mieux hein ? Ah ah ah.


Moi je suis fleur bleu et le décrète fièrement. Longue vie aux mariés ! :)

Voir le billet de Vallenain et de Corto deux copains blogueurs qui ne sont pas aigris et n'ont pas le coeur sec. Un grand merci à Yan Savidan de m'y avoir invité.

Detachments


Detachments : c'est le nom du groupe plutôt pop-électro aux accents cold wave dont j'avais parlé dans un billet précédent intitulé Cold Wave is not dead.
Manifestement, si cold wave is not dead, on peut dire qu'au vu des commentaires, l'intérêt suscité par le billet était plus Dead que Alive.
Le sondage en atteste, il y a même deux personnes qui préfèrent la soupe à Mamère.
C'est pour dire !


Face à ce pétard mouillé il y a deux attitudes : soit je m'immole en me jetant du 6ème en beuglant fuck the society, soit je fais face à l'adversité et vous gratifie d'un deuxième billet merdique sur ce groupe qui mérite vraiment le détour.

Detachments est un groupe originaire de Londres et ils ont sorti leur premier album en septembre 2010. D'aucuns diront que ça ressemble à du OMD, du Human Leagues, du Joy ou que sais-je, je m'en fous, je veux juste les voir en concert et manque de bol ils sont passés récemment en France.

Critiques diverses : ici,  ou là.
Detachments sur Youtube
Detachments sur Myspace

Je remercie tout particulièrement Christophe, vinylovore patenté qui tient le site pop-hits et commentateur chez Music Lodge, de m'avoir fait découvrir Detachments.








lundi 25 avril 2011

Histoires de truies

Ce blog file un mauvais coton, ça fait plusieurs billets à la suite où je ne balance que des conneries (plus que d'habitude). La faute à qui ?
Sarkozy ? Le beau temps ? C'est plutôt une grosse flemme qui m'étreint comme une truie s'épanche dans sa fange.
A propos de truie, je viens de faire un tour sur google et je suis tombé sur cette annonce :
Cherche véra pour mes deux truies périssac:
Je cherche pour saillir mes deux truies : une gasconne et une du noire et blanche, la location d'un véra, je peux également déplacer mes truies.
Voilà, tout est dit, j'ai trouvé en une séance de live-blogging la raison de mon apathie : je ne suis pas assez en phase avec les réalités qui m'entourent, je ne suis qu'un enc...de parisien comme dirait l'autre tache de Taiwo.
Surconnecté, twitterisé, blogotomisé et en plein burne-out neuronal.
Mes chers lecteurs m'excuseront ce petit passage à vide, je crois qu'il faut que je sorte prendre l'air, justement il n'y a pas de cloud...

Je ne me battrai pas...

C'est un classique mais qu'est-ce que c'est bon....!

♫ Si tu veux m'arracher
La terre qui m'a vu naîtreuuu ♫
Je ne me battrais pas, prend-la elle est à toiiii...♫ ♫ :))

dimanche 24 avril 2011

Cold Wave is not dead

Plusieurs blogueurs remarquaient une certaine apathie dans la blogosphère. Faut-il s'étonner ?
Le printemps est là et cela fait déjà plusieurs semaines que l'on bénéficie d'un temps exceptionnel après un hiver interminable.
Et justement comme je suis un peu tordu, je souhaite vous replonger dans les frimas de l'hiver : ma dernière découverte musicale dont je tairais le nom aujourd'hui se situe dans la la vague Cold Wave. Si le groupe nous livre des morceaux pop ou électro, il sait également nous plonger dans un univers sombre et oppressant avec une composition plus expérimentale (N°4)

Numéro 1
Numéro 2
Numéro 3
Numéro 4

Tordu un jour, tordu toujours, je vous révélerai le nom du groupe et mes sources dans quelques jours, mardi ou mercredi. Je n'ai pas envie de fermer les commentaires, alors soyez sport pour ceux qui connaissent le groupe, ne révélez rien et laissez les autres mariner :)
Je vois déjà certaines personne me demander le pourquoi de cette attente...Pour ceux qui apprécieraient le genre musical, je souhaite leur laisser le temps de s'imprégner de la musique, comme au bon vieux temps quand il n'y avait que le bouche à oreille et des morceaux entendus ci et là, à la volée, lors de soirées ou dans un vieux poste.

Contrairement au dernier Quizz musical où je vous avais fait écouter Monomen dont l'avenir semble plus que compromis, je peux vous dire que ce groupe est toujours vivant et semble avoir un avenir bien prometteur. Je lui souhaite de ne pas tomber dans l'écueil des énièmes groupes qui revisitent les genres sans jamais oser les bousculer. Puisse-t-il ne jamais faire de compromis et continuer à nous gratifier de morceaux bien noirs, moins accessibles à l'instar de ce qu'ils ont su savamment distiller dans leur premier et seul album. Ca m'emmerderait qu'il se fourvoie dans une new-wave plate et sans relief.

Histoire d'agrémenter ce billet, un petit sondage...


Que pensez-vous de ce groupe ?

samedi 23 avril 2011

Joyeux anniversaire Nicolas !

Que fait un blogueur quand c'est l'anniversaire d'un copain blogueur ?
Ben il le lui souhaite sur son blog...

Joyeux anniversaire Nicolas !





mercredi 20 avril 2011

La tête à Clark

Beaucoup de boulot en ce moment. En attendant de voir le jour je vous donne un os à ronger :
L'incarnation de la suffisance ou encore tout ce que je n'aime pas chez certains journalistes.


Robert Ménard par franceinter

jeudi 14 avril 2011

But de 80 mètres

...de Wilson Quiñónez, le gardien de Sport Colombia, (D2 paraguayenne)

dimanche 10 avril 2011

200ème billet

Le mois dernier j'avais lancé un billet intitulé "Bas les masques" où j'invitais tout le monde à me poser les questions qui lui passent par la tête.
J'ai donc répondu plus bas à chacun des commentateurs/commentatrices qui ont bien voulu se prêter au jeu. Sans fioritures ou tentatives d'exercices de style, j'ai lâché mes réponses comme j'aurais pu vous les livrer au coin d'une table autour d'une bonne bière au goût pizza.


Je réfléchis en ce moment à tous les procédés qui permettraient de favoriser l'interactivité sur ce blog.
Parce que le modèle du billet publié, lu et commenté avec ouverture ou non d'un débat contradictoire dans les commentaires a ses limites. De même que les pages jamais consultées ou je donne ma playlist musicale, le seul bouquin que je lis tous les 10 ans et les clips vidéos que j'apprécie. Tout ça n'est pas très intéressant pour le quidam qui passe. C'est plus de l'habillage qu'autre chose.

Non, ce que j'aimerais c'est personnaliser davantage les contributions des lecteurs ; mais techniquement, je suis bloqué. Par exemple j'aurais aimé développer un forum avec des sujets complètement décalés où tout un chacun pourrait se lâcher comme jamais on se lâche sur un blog. J'aurais aussi aimé intégrer un jeu d'échec en flash, vous rentrez un compte associé et hop vous jouez avec Didier Goux, Gildan ou le taulier lui-même...J'avais fais ici un jeu avec lequel il fallait deviner l'année de sortie d'un groupe de musique, c'était ludique et convivial, j'aimerais reproduire ce genre de choses.

Ce billet est le 200ème depuis la création du blog, je ne vais rien révolutionner, déjà je n'ai pas le temps, je souhaite continuer à produire du contenu hétéroclite : musique, geekeries, politiques, billevesées, ...mais je vais tenter dans la mesure de mes moyens de vous associer plus. Ca commencera déjà par un prochain "bas les masques, le retour" ou je vous demanderai ce que vous aimeriez voir ici : plus de sexe, moins de politique, (pour la littérature oubliez-moi...), la gueule de mon chat... Pourquoi me demanderez-vous ?
Pour le plaisir...

Voici maintenant les réponses aux question que vous m'avez posées, dans l'ordre et par commentateurs. Merci encore à vous tous.
"Parmi toutes les bières que tu t'envoies, quelle est ta marque favorite ?" (Yann)
Je ne suis pas un fin gourmet, d'ailleurs je préfère la quantité à la qualité, clairement. Mettez-moi une table remplie à ras bord de victuailles diverses et je tombe en transe. Mon truc c'est la gloutonnerie, manger, boire, longtemps, beaucoup et surtout finir les plats, tout éclater, ne rien laisser...Pour la bière c'est pareil, lorsque je vois plusieurs pintes au comptoir ça me fait chavirer, alors la marque de la bière je m'en fiche un peu.
Les "bières de base" que j'apprécient sont la Kro, la 1664 et la Météor que je n'ai plus bu depuis longtemps.
Quand je n'en bois qu'une ou deux je prends toujours de la Carlsberg quand il y en a, sinon j'aimais beaucoup la Kilkenny jusqu'à ce qu'ils en changent le goût qui est devenu plus douceatre (je crois que c'était entre 1995 et 2000) je ne sais plus. D'ailleurs j'y suis allé à Kilkenny, c'est une charmante petite ville.

Je n'aime pas les bières belges, les blanches, les bières sucrées, trop fortes ni les rousses (sauf la Murphy's Red bizarrement). Sinon j'adore la Guinness, meilleure que la Murphy's Stout selon moi. Il y a une bière brune que j'aimais bien aussi, c'était la Jeanlain, je ne sais plus si elle se fait encore.
"Es-tu Kebab, Mac Do ou jambon beurre ? Question à connotation politique comme tu peux le remarquer;-)" (Yann)
Je suis tous les trois à la fois et ceux-ci répondent à des périodes différentes de ma vie ou à des attentes particulières. Tout d'abord une petite clarification, des trois je préfère le jambon beurre (c'est mon côté réac), le seul qui ne soit pas de la junk food. En outre le jambon beurre fleure bon l'ambiance de café, de bistro, avec tous les bruits environnants si familiers et si rassurants car pleins de vie ...

Selon moi la junk food obéit à 2 règles universelles :
1) Elle te fais saliver quand tu es bourré et/ou affamé et te révulse quand tu es sobre et/ou rassasié
2) Elle est immangeable froide

Le kebab répond à ces 2 critères.
Le kebab a accompagné toute une partie de ma vie, lorsque célibataire, je fréquentais tous les soirs un bistro dans le 15è pendant pas mal d'années ; en rentrant à pince chez moi, je passais au "Petit Palace" pour éponger. J'étais un client fidèle et on m'avait même proposé en primeur le Tee-Shirt à l'éfigie de la boutique avec le logo en forme de bidoche qui tourne...Beeeeurk !
Les soirs de grande faim je bouffais 2 grecs complets, j'aimais vivre dangereusement. A Nantes où j'ai vécu 2 ans j'ai eu une grande histoire d'amour avec un kebab aussi : il m'arrivait de le tenir fortement dans mes bras certains soir en m'endormant comme un crevard et de le finir le matin avant d'aller bosser... :)

En ce qui concerne le Mac Do, j'y vais assez rarement. Par contre, le Mc do fait partie de mes mets de choix lorsqu'il s'agit de rentrer à pied suite à des soirées arrosées. En cela il a volé la vedette au kebab.
"Comptes tu enlever ton chapio l'été venu ? parce qu'il doit tenir chaud tout de même..." (Gaël)
Si ce chapeau est un peu la baseline du blog c'est aussi une sale manie que j'ai depuis que je suis petit : j'ai toujours un truc sur le crâne.
Chapeau rarement, chapka l'hiver, béret et bonnet quand j'étais plus jeune et casquette actuellement. Je me sens presque mal quand je n'ai rien sur la tête et j'essaie de me défaire de cette habitude.
"Pourquoi une Chapka ?(Question hautement politique !)" (Gildan)
Ce chapeau intrigue manifestement... Je n'ai pas d'accointances avec les cocos si c'est ce que tu veux dire mais j'aime bien ce qui a trait aux pays slaves, en grande partie de par mes origines. De plus, je trouve que ça met bien en valeur ma tête d'abruti avec les côtés qui pendouillent façon dingo. Non ? :)
"Quelle heure est-il ?" (Nicolas)
14:30
"A propos du chapeau, as tu été inspiré par Kadhafi ou est-ce l'inverse ?Plus sérieusement: depuis combien de temps es-tu traité en ambulatoire ? Crois-tu vraiment à une hypothétique guérison ?" (Corto74)
Sûrement pas inspiré par Kadhafi...D'ailleurs n'y a-t-il personne pour lui dire que son duvet tout bizarre est super vilain ? On dirait un ado de 14 ans qui laisse pousser ses 3 poils qui se battent en duel pour faire plus viril.
Corto74 c'est très exactement la troisième fois que tu mentionnes ce petit libellé que personne ne remarque sauf toi, ça m'intrigue. Je répondrais tout d'abord à ta question par une autre : As-tu donc quelque chose contre les malades traités en ambulatoire ou bien détiens-tu un terrible secret inavouable ?
Je vous avais assuré une grande transparence, je me dois donc de te répondre Corto : Je ne suis plus traité en ambulatoire, ne m'estimant pas plus malade que d'autres. C'est un des processus vers la guérison. :)
"Dans la vraie vie, quel genre de râleur es-tu ? Grande gueule ? Tape-du-poing ? Maugréé et marmonne, souffle et soupire... etc." (Un Oeil)
Dans la vraie vie je suis calme, posé et courtois. Je suis un gentil en fait, la violence me dépasse totalement. Cependant, des difficultés de tout ordres ces dernières années m'ont rendues sanguin et nerveux, je perds facilement mes nerfs. Du coup il m'arrive d'exploser littéralement lorsque j'entends des conneries à la télé ou à la radio. Je ne supporte plus leur blabla formaté. Les médias m'insupportent de plus en plus et m'apportent de quoi nourrir mon futur ulcère et surtout de quoi alimenter mon blog. Vous voulez savoir à quoi ça ressemble le Vlad qui gueule ? Ben honnêtement c'est moche, oui c'est vrai, c'est comme tous les millions de français qui n'en peuvent plus de voir les tronches de con à la téloche et qui se mettent à les insulter quand ils nous pondent leur sourire iRobot.
"Youpi. Mais j'ai pas de questions qui me viennent en tête cela ne fait pas très longtemps que je vous lis .C'est une initiative rigolote... En clair mon commentaire ne sert à rien, mais je voulais vous le dire.Ah si j'en ai une : Les réponses elles viendront quand ???" (Anonyme)
En ce moment-même !
"Mis à part le tien, Quel est ton blog favori ?" (Gildan)
Impossible de répondre Gildan. J'ai en ce moment très exactement 187 abonnements à Google Reader. Sur ceux-ci il y a une quinzaine de sites d'information, donc ça fait pas moins de 170-175 blogs que je lis. J'ai bien sûr mes préférences. Tout d'abord les blogs des copains comme toi et tous ceux que j'ai déjà vu ou avec lesquels je communique le plus souvent. Vos billets sont fréquents, le sentier est balisé et en vous lisant je sais ou je mets les pieds, mais surtout un lien s'est créé. A côté de cela il y a les blogs de musique que je suis et qui sortent un billet tous les 3 mois, ceux-là sont un met de choix car l'info qu'ils me donnent est ultra-ciblée. Il en va de même pour les blogs geeks qui concernent mon Nokia N8 par exemple. Sinon, j'ai aussi mes marottes du moment, des blogs que j'adore lire pendant quelques semaines avant que d'autres blogs ne m'attirent leur faveur et ainsi de suite.
"Dans quel pays voudrais-tu vivre? Quel régime politique?
2 questions, une seule réponse?" (Mammamia)
J'aimerais vivre un moment aux Etats-Unis ou mieux en Australie, m'exiler loin, pour changer d'air, de continent et me sortir d'une torpeur acquise après des années passées dans la même ville, le même quartier. Mais je ne pourrais y rester longtemps, c'est trop loin de tout, je ne suis pas un grand voyageur, j'ai besoin de mes petites habitudes. L'Australie, j'ai eu la chance d'y aller, 8 jours seulement et les 20 000km qui me séparaient de mon plumard à Paris se voyaient sur ma gueule. Par contre, je me suis promis de partir vivre à Galway en Irlande. c'est une petite ville côtière au Sud-est du pays, j'ai eu un flash il y a 15 ans quand j'y suis allé. J'aimerais finir ma vie là-bas,  le régime politique je m'en fous, dès lors qu'il me laisse libre de traîner dans les pubs, regarder la mer, bouffer du poisson et dire merde au stress, à Laurence Ferrari, Sarko, Aubry et compagnie. En me relisant je réalise que j'ai le profil type du déprimé ou que j'ai un gros gros besoin de vacances.
"T'es plutôt blonde, brune ou rousse. Pas de connotations politiques, on n'en a rien à faire; C'est pour la prochaine tournée." (David Burlot)
Et bien apparemment une partie de mon lectorat est plutôt portée sur la bibine...J'ai répondu à cette question à Yann tout en haut de ce post. Je suis plutôt blonde, blonde de base ça me va très bien ! Depuis quelques temps il m'arrive de prendre de la brune, mais c'est plutôt rare. Quant aux rousses, ce n'est pas mon truc sauf la Kilkenny que j'apprécie et les rousses celles qui me font chavirer mais cela n'a plus rien à voir avec les bières. Donc pour la tournée ce sera une pinte de 16, Kro ou Stella, parfait ! :)
"Qui est né en premier, l'oeuf, la poule ou Didier Goux?" (Homer)
Vouloir trouver un commencement à ce qui a toujours été et qui ne finira jamais est typiquement modernoeud. Nous sommes tous des enfants de Didier Goux, la poule, les oeufs et la rhétorique qui va avec ne sont qu'un épiphénomène apparu récemment et qui disparaîtra aussi vite qu'il est venu.
Pour ceux et celles qui ne savent pas qui est Didier Goux, c'est un blogueur catalogué réac par la blogosphère de gauche.
"Coquin, tu prends des risques... tu ne crains pas que tes fans se mettent à te harceler??j'aimerai savoir moi,est ce que ton prénom est (ou commence par) Vlad? est ce que tu parles le russe?est ce que tu râles tout le temps IRL?Est ce que ta récente formation pro a payé? est ce que tu pleures au cinéma?Avec quel doigt tu te cures le nez?parles tu à l'oreille des chevaux?la vache, je lutte pour ne pas laisser les vannes s'ouvrir..."(Kahazara)
Très chère Kahazara, je commence par ta dernière question : Prends garde lorsque tu ouvres les vannes, ta curiosité a manifestement besoin d'être irriguée mais ne doit pas être noyée sous un flot de désillusions. ;)
Tu me demandes si je n'ai pas peur d 'être harcelé par des fans ? Nan, bien au contraire ! Maintenant il faut replacer les choses dans leur contexte, si je montre ma bobine sur ce blog, je ne dévoile pas mon nom pour autant, mes fringues ne risquent donc pas d'être lacérées par des milliers de fans en délire.
Justement tu me demandes si mon prénom est (ou commence par) Vlad. Non. Pas plus que je ne parle russe, mais je le comprends un peu car il y a des racines communes au serbe que je parle couramment. Pourquoi ce pseudo ? Et pourquoi cette chapka ? Né en France, je garde souvenir des histoires souvent magnifiées de la culture slave transmise par Maman Vlad. Celles-ci font partie d'un imaginaire totalement fantasmé que j'aime exprimer par petites touches, pour le meilleur et pour le pire.
Tu veux savoir si je râle souvent, oui, je râle souvent, trop même, comme je l'expliquais à Un Oeil plus haut, et c'est surtout dirigé contre les médias qui ne savent pas selon moi remettre en question leur grille de lecture. Pour moi un média devrait jouer pleinement son rôle de contre-pouvoir et ne pas se vautrer dans des postures surannées ; ils nous jouent la même partition que les différentes classes politiques qui se succèdent, chacun joue son rôle, surtout ne rien changer. On reste sur notre shema du monde en retard de 30 ans. Tout ceci sent la naphtaline. Un espoir : internet. L'accès libre à l'information peut bouleverser un monde politique engoncé dans ses costards amidonnés.
A propos de ma récente formation professionnelle : ce n'est qu'une étape vers l'emploi mais c'est un succès, j'ai d'ores et déjà intégré en CDD de 5 mois l'entreprise dans laquelle j'ai effectué mon stage avant le rapport et la soutenance. A terme, il sera peut-être même reconduit en CDI. La formation m'a permis bien sur d'asseoir des connaissances que j'avais déjà mais aussi de m'inscrire dans une dynamique de groupe favorable aux recherches. Le diplôme obtenu à l'issu de la formation permet surtout de donner corps à l'expérience professionnelle et optimise grandement les chances de trouver un emploi.
Pleures-tu au cinéma : je ne vais plus au cinéma, mais oui, je pourrais pleurer au cinéma, je suis bonne pâte et un peu émotif. Je regarde très peu la télé aussi et c'est pas plus mal : j'ai cru remarquer que ma sensibilité devant un film s'est accrue depuis que je n'en vois presque plus. Je n'en suis pas à chercher le cowboy derrière le poste comme les grands-mères d'alors mais il m'en faut très peu pour me faire flipper, pleurer ou rire. Sans transition aucune je répond à ta prochaine questions : je me cure le nez avec l'index droit, c'est moche, c'est sale mais il m'arrive de le faire. Le pire c'est que je fais la guerre à mon fils pour qu'il arrête de se curer le nez alors qu'il m'a déjà pris en flag...Ca l'aidera au moins à appréhender la complexité d'un monde qui n'est jamais tout noir ou tout blanc.
Dernière question enfin, tu veux savoir si je murmure à l'oreille des chevaux. Et non, je n'ai ni la classe naturelle d'un Robert Redford ni le tempérament d'un chuchoteur. Si j'aimais beaucoup parler, analyser comprendre, faire comprendre et écouter l'autre, cela s'est émoussé avec le temps. Je rejoins ce que j'ai dis précédemment à Mamma Mia, je n'ai plus la patience que j'avais, ni les mots doux qui l'accompagnent. Je suis  tendu et n'aspire qu'à une chose, retrouver de la sérénité ; il en faut pour tenter de murmurer à l'oreille des chevaux.
"Quel temps fait il chez vous ? Ici l'anticyclone s'offre des vacances. La température extérieure est indécente et l'air est tout simplement bon" (Caroline)
Le temps est exceptionnel. Il fait très beau, le ciel est bleu et la température extérieure est de 22°C.
"1) râles-tu par nécessite ou par envie ??
2) peux-tu râler sur un amis proche quitte a te fâcher avec lui ??
3) est-ce que râler au quotidien t’apporte plus de bénéfice que de désagrément ?" (Camo)
Camo tu poses là une excellente première question. J'aurais aimé râler par envie et non par nécessité. Beaucoup de choses me mettent hors de moi et le pire est que je peux difficilement le maîtriser. J'adorerais pouvoir mieux contrôler mes émotions, à la manière d'un britannique, tout en flegme. Personne n'est parfait ;)
Je ne râle pas sur mes amis proches, si j'ai des choses à leur reprocher cela reste intérieur ou encore je le leur dit. De plus, mes amis proches sont perfectibles, je connais leurs travers comme ils connaissent les miens, du coup il n'y a pas matière à râler je les apprécie comme ils sont. Je peux compter sur les doigts d'une main les amis proches avec lesquels je me suis fâché.
Ta dernière question est intéressante et rejoins ce que je disais 5 lignes plus tôt : râler ne m'apporte rien si ce n'est une perte de contrôle de moi-même ou du moins ce que je perçois comme tel.
Je râle (je ne parle pas ici du cri du mâle en plein coït hein !) toujours pour les mêmes choses finalement : tout ce qui se rapporte à de la désinformation, du mensonge et de l'hypocrisie. Je pourrais tout autant en avoir conscience sans me sentir obligé de rouspéter à voix haute voire d'insulter dans les cas extrêmes ! Mais bon, cela fait partie de mon tempérament, je ne suis pas calculateur et encore moins tordu, je me livre très facilement aux gens quitte à en dire trop. Cela ne me gène pas, je préfère vivre ma vérité et la faire partager quitte à trop me découvrir. Par contre d'un point de vue professionnel c'est une tendance qu'il faut que je prenne en considération. Toutefois si elle m'a peut-être joué des tours par le passé, j'en ai plutôt bénéficié dans mes rapports basés sur du long terme.
Une dernière chose : quand je râle sur quelque chose voire quelqu'un au travail ou ailleurs, je suis déjà passé à autre chose 2 minutes après. J'ai d'énormes capacités de réconciliation avec les désagréments quotidiens qui me font râler. C'est donc une seconde nature avec laquelle j'ai appris à composer.

samedi 9 avril 2011

Lampedusa : on achève bien les femmes...

Image : Jason deCaires Taylor : www.underwatersculpture.com

Je viens d'apprendre par Olympe un témoignage effroyable relaté dans Le Figaro à propos de l'afflux de clandestins tunisiens à Lampedusa :
Tous, exclusivement des hommes jeunes, plutôt pauvres et rarement francophones, racontent la même histoire. Comme Tarek, 20 ans, parti il y a vingt jours de Kairouan. «Nous étions entassés à 150 dans un bateau prévu pour 60, explique le garçon. Au cours du trajet pour Lampedusa, douze filles ont été jetées à la mer. (Le Figaro)
Comme souvent c'est aussi dans les commentaires que ça se passe, voici donc le celui d'une certaine Zoë Lucider, toujours dans l'excellent blog d'Olympe :
Bonjour Olympe, Je vous visite régulièrement sans me signaler et je relaie parfois vos infos http://zolucider.blogspot.com/2011/...Celle-ci m'effare et me dégoûte sans me surprendre cependant. Il y a plus pauvre que le migrant , la migrante. Qu'on ne nous dise pas qu'il est impossible d'arrêter le massacre! Au lieu de mesures ajustées à l'ampleur du drame humain, notre ministre de l'intérieur (je dis notre, mais ne le reconnais pas comme mien) rencontre son "homologue" italien pour discuter des meilleures façons de rejeter tout le monde (les femmes d'abord, sauf les très jolies) à la mer.
Voici donc le mien, en réponse à celui de Zoë :
 Bonjour Zoe, vous rendez-vous compte de ce que vous dites ? Vous rejetez la responsabilité de ces meurtres sur le Ministre de l'Intérieur. A vous lire, on se dit que vous excusez de facto l'acte perpétré par des tunisiens assassins et barbares. A vous entendre il faudrait les accueillir en grande pompe : il n'y aurait certes pas de filles jetées à la mer car ce ne serait plus des bateaux clandestins, mais à bord, les hommes, eux, ne changeraient pas, ils resteraient des assassins en puissance ! Vous prônez donc une légalisation de cette immigration soudaine pour contrer des moeurs barbares.Votre bord politique vous aveugle, la misère de la clandestinité ne doit en aucun cas excuser l'inexcusable.
La culture de l'excuse des fanatiques mondialistes, des écolos-boboïdes, d'une extrême gauche sectaire, de post-communistes revanchards commence donc ici, à Lampedusa ou ailleurs, et s'échoue parfois à Vitry sur seine sous prétexte de pauvreté, d'exclusion ou d'une supposée discrimination.

Image : Jason deCaires Taylor : www.underwatersculpture.com

dimanche 3 avril 2011

Corruption au parlement européen

...Et qu'on ne me demande plus pourquoi je pense de plus en plus qu'il faut en finir avec cette Europe dictatoriale, dispendieuse, antidémocratique et corruptible... Pouah !


Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.