dimanche 23 octobre 2011

Pin-up du dimanche

Bon je sais, encore une image de pin-up...Mais je ne pouvais plus supporter de voir la tête de BHL de mon précédent billet !!! Et je rappelle qu'on peut s'abonner aux photos à l'aide de ce flux RSS.

11 commentaires :

  1. Belle photo !
    Je sens que nous allons avoir une Pin-up tous les dimanches ... me trompe-je ?
    :)

    RépondreSupprimer
  2. La solution: BHL en pin up.
    D'accord, je m'en vais... :)

    RépondreSupprimer
  3. @Gildan
    Non, je ne vise pas la régularité, d'ailleurs tu l'as vu, ce blog périclite, plus de billets fouillés, plus de réflexion (si, si, il y en avait un peu avant), je suis en mode survie pour pas mal de truc et le blog en est la vitrine.
    @Io
    En mode pine oui éventuellement...
    @El Camino
    Elle est canon hein ? Elle me fait penser à Gwen Stefani que je tripe à mort.

    RépondreSupprimer
  4. Faisons justice: au moment où la photo a été prise la voiture roulait à 60 miles à l'heure.
    Elle s'est retournée car elle avait oublié son fond de teint au salon de coiffure!
    Ainsi le titre du film était donc prémonitoire... car à l'époque on utilisait du verre sur les pares-brise et non du securit enrobé dans une feuille de vinyle!

    RépondreSupprimer
  5. Jean-Luc, j'aurais plutôt imaginé le scénario des piétons écrasés comme des lapins tétanisés par une beauté diaphane...

    RépondreSupprimer
  6. Jolie petite, mais elle a l'air salope quand même. Et mordeuse. Non?

    RépondreSupprimer
  7. tu as vu comment parle Lo, je suis sur qu'elle est jalouse parce qu'elle n'est pas blonde elle même :)

    Ah les filles !!

    RépondreSupprimer
  8. au fait tu t'es planté dans les "dents" mdrrr

    RépondreSupprimer
  9. @ThierryRégis
    Mince, je vais aller voir ça

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.