samedi 17 septembre 2011

L'Allemagne maquerelle

Ah ah ah...Savez-vous ce qu'est cet appareil au look infâme ?
"Un horodateur !"
Oui mais un horodateur particulier...
"Ah ? ... Euh et pourquoi ?"
Creusez-vous les méninges bande de geeks décérébrés...

" J'en sais rien moi... Il est doté d'une étrange excroissance à gauche et est particulièrement moche. Vlad tu nous emmerdes avec tes jeux à la con"


Allez...Un indice ----->
"J'ai trouvé ! C'est un horodateur allemand et la tarification est de 6€ la nuit du lundi au dimanche. Mais...depuis quand paye-t-on la nuit ?"

Et bien justement, c'est la nuit que ça se passe à Bonn.

Après les Holzboxen-Parkplätze, cloisons en bois installées sur des aires de stationnement, la ville de Bonn en Allemagne s'équipe d'horodateurs. Il ne s'agit point là d'un parking à développement durable mais d'équipements permettant de taxer les prostituées soumises dorénavant à une taxe nocturne.
Les caisses en bois quant à elles permettent de garer son véhicule et de s'offrir les services des prostituées en toute discrétion.

Proxénète : nom personne qui vit de la prostitution d'autrui, syn souteneur ; très familier maquereau, maquerelle
L'Allemagne assume donc la légalisation de la prostitution et son statut de... proxénète. La ville espère ainsi récupérer 300 000€ par an. Source : Metro
A propos de cette légalisation adoptée par certains pays, je recommande la lecture de ce billet d'où est tiré cette phrase "Le commerce des corps est inextricablement lié à la traite."
En tirant revenu de la prostitution, l'Allemagne et d'autres pays participent à la traite et au crime organisé.

Le sex-drive de Bonn et ses menus XXX

11 commentaires :

  1. Achtung Vlad! la prostitution en Allemagne est autorisée depuis des lustres. C'est un business comme les autres. elle est donc taxée au même titre que tout le monde. Et est source de profit "pour le gouvernement allemand. Ce qui te choque avec tes yeux de français ne choque absolument pas là bas.
    Dans certaines villes les boxons sont de véritables institutions. Nombreux sont ceux qui n'iraient pas au grandes foires internationales de Cologne sans passser un petit moment au Südbad ou Chez Brigitte.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Corto, j'avais effectivement remarqué que certains lieux étaient prisés par les commerciaux, notamment les FKK où on se balade en peignoir...
    Cette histoire d'horodateur, anecdotique en soi, m'a fait voir les choses autrement. La taxation de la prostitution y apparaît crûment et sans équivoque alors qu'elle est plus institutionnalisée car sous forme d'impôt société pour les maisons closes. Ma position sur la prostitution est simple, je suis contre car elle est souffrance pour la majorité des prostituée. Autant les positions libérales me conviennent autant certains libéraux m'exaspèrent lorsqu'ils décrètent que la prostitution ne regarde que celle ou celui qui la pratique. Le fantasme occidental typiquement parisianiste de la fille intelligente, belle, qui s'assume pute parce que c'est son choix, ça me fait marrer : c'est tout au plus 0,01% des prostituées. Le reste ce n'est que douleur, danger, déchirement, vie glauque, violence, crime organisé, traite, exploitation de la misère. C'est pour cela qu'il faut lutter sans merci contre les maquereaux. Alors, tu vois, quand un état récupère du pognon et exploite la misère humaine ça me fait vraiment cogiter sur le type de société dans lequel on vit et le décalage permanent entre exercices d'auto-satisfaction des sociétés occidentales et leur réalité.

    RépondreSupprimer
  3. CEST TRISTE A MOURIR DE LAISSER POURRIR UNE SOCIETE QUE DISJE TOUTES LES SOCIETES QUE CE SOIT EN COLOMBIE A BOGOTA OU MEME A PARIS TOUT LE MONDE A L'AIR ETRE SATISFAIT DE CET ETAT DE FAIT DU MOMENT QUE L'ON RABAISSE LES FILLES,LES FEMMES DANS LA RELIGION SOIT DISANT LES VEUT -ON PRUDES AVEC LES FOULARDS OU ALORS PUTES. POUR LES FEMMES PAS D'ALTERNATIF C'EST TOUJOURS UN ENFERMEMENT ON NE LEUR LAISSE PAS TROP
    DE CHOIX C4EST TOUT POUR LE MOMENT

    RépondreSupprimer
  4. Prisés ? même pas, cela fait partie du paysage en Allemagne. A chaque fois que j allais a Cologne , on m y invitait, difficile de refuser parfois si gros contrat a la clé...
    Mainetnat pour la prostitution, tu as parfaitement raison sur tte la ligne. A ceci près qu'en Allemagne il y a 2 types de prostitutions: la clandestine où les femmes se font dramatiquement exploitées et l'officielle où les femmes le font comme un job et qui ne connaissent pas de maquereaux.

    RépondreSupprimer
  5. Les trucs de gros bourrins commerciaux où bien satisfaire des clients japonais lubriques ça m'a toujours écoeuré. C'est aussi le business, alors tu penses ce que ça peut être entre patrons de multinationales ou bien chefs d'états... A propos de ta remarque sur la prostitution officielle, les filles n'ont peut-être pas de maquereaux, certes, mais elles doivent subir peut-être d'autres formes de pressions, je ne me ferais pas à l'idée qu'elles vivent ça comme un job ordinaire. Je n'en sais rien, je ne suis pas à leur place. Et puis combien parmi ces filles ont tapiné dehors ? Combien parmi ces filles ont été violentées, traitées comme de la merde et exploitées par les filières africaines ou albanaises ? Je ne peux m'empêcher de penser que la légalisation encourage ces trafics. Les maisons closes sont le pendant "propre sur soi" (c'est relatif) de la prostitution mais l'envers du décor est tout autre.

    RépondreSupprimer
  6. On aimerait croire à un poisson d'avril... But it's not !

    RépondreSupprimer
  7. Allez, je vais mettre mon grain de sel.
    La prostitution glauquissime, où des gamines sont traitées comme de la viande, c'est immonde, évidemment. Pour autant, aucun pays n'a jamais réussi à interdire la prostitution et ne le fera jamais. Donc: soyons réalistes. Qu'est-ce qui est le pire? Détourner un oeil pudique et laisser les filles aux mains des pires crapules, ou accepter (même si on n'est pas d'accord) et encadrer un minimum pour que les nanas qui sont là-dedans soient moins mal traitées? Il me semble que l'alternative allemande, si crue qu'elle paraisse, est encore ce qu'il y a de "moins pire".

    RépondreSupprimer
  8. @Un Oeil
    Malheureusement non...
    @Io
    On est d'accord qu'aucun pays n'a réussi a enrayer la prostitution. Mais alors que préfères-tu ? Laisser tomber ces filles et tant qu'à faire se faire du blé dessus ? Parce qu'il y a une chose qui t'a me semble-t-il échappé Io : les filles dehors près des parcs en bois ne sont pas encadrées ! L'état allemand arrive derrière en réclamant aussi sa part du gâteau. Alors oui bien sûr on évoque les maisons closes où les conditions sont meilleures, mais quelle est la proportion de filles dans les maisons closes ? Et quel fantastique trou d'air cette légalisation pour les trafics... Les maisons closes ne sont que la partie visible de l'Iceberg.

    RépondreSupprimer
  9. En effet, les palissades en bois ne protègent de rien d'autre que du vent et des regards indiscrets. Mais c'est à Bonn...qui manque de fric et taxe tout ce qu'elle peu, sans état d'âme.
    Pas sûre que le reste de l'Allemagne suive. Car "l'état allemand" n'existe pas. Ce sont "des" états.
    Je n'aime pas trop cette manière de se faire du blé non plus. C'est sordide.
    Mais c'est un épiphénomène dans un pays où les prostituées sont sûrement moins malmenées qu'en France ou ailleurs, malgré tout. Tu ne crois pas?
    A plus ;)
    Ioioooooooioooo (Yodle de circonstance)

    RépondreSupprimer
  10. @Io
    Les maisons closes sont taxées, les filles dans la rue non. C'est donc en toute logique que Bonn s'est mis à les taxer. Sûr que les autres régions vont suivre ; c'est la crise.
    Prostituées moins malmenées qu'en France ? Pourquoi donc ?
    @ + :)

    RépondreSupprimer
  11. SÛr? On verra. En attendant ça gueule et ça proteste à tout va dans la presse allemande. Leider ist Alles auf deutsch et je te fais grâce des liens. En général, les Allemands sont moins portés à la gueulante que les Français, mais là, ils se déchaînent.
    Le milieu de la prostitution n'est pas franchement ma spécialité. En Allemagne, c'est pas la joie, malgré leur système "réglementariste". Certes. Mais au moins, il y a tentative de démarginaliser les prostitué(e)s et de les encadrer un minimum. En France, c'est le bazar complet: abolitionniste mais permissif, répressif mais compréhensif selon...en fait tout est permis, c'est l'arbitraire complet dans lequel les trafiquants de tous poils barbotent avec bonheur. Pour un pays où le racolage, même passif est interdit, c'est là où la prostitution de rue est la plus élevée....
    Jette un oeil sur ce lien, il résume assez bien la situation.
    http://www.prostitutionetsociete.fr/politiques-publiques/legislations-nationales/les-politiques-en-europe

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.