dimanche 6 février 2011

Confiance en berne

Nicolas ici et là, FalconHill et Yann participent à un débat sur les affaires actuelles de la droite.
D'ailleurs le mot affaires me fait marrer, encore un  terme plein de pudibonderie pour traiter des histoires de politiques véreux.
Je rejoins le point de vue de FalconHill qui ne souhaite pas rentrer dans un jeu puéril de comptage de mauvais points.

J'ajouterais en revanche que les politiques de l'UMP et du PS nous embrouillent tous avec leur soi-disante rivalité, au final ils se battent pour les mêmes postes et le citoyen, naïvement, donne sa confiance renouvelée au rythme des élections. Ce n'est qu'au bout de quelques dizaines d'années qu'il se rend compte de la vaste fumisterie orchestrée par deux entités politiques faisant partie du même groupe.


Mais il est alors trop tard, une autre génération de citoyens prend le relais et contribue à son tour à cette alternance...

Les cons, les fachos, les pourris, les ordures, les carriéristes et les menteurs ça a toujours existé et ça pullule dans tous les coins du globe. On ne me ferra pas croire qu'ils n'y en a pas au PS ou à l'UMP ou bien qu'il y en a plus chez l'un ou chez l'autre, et si c'est le cas ce n'est pas immuable, ils répondent parfaitement au principe des vases communicants.
l'OM-PSG c'est pareil, les supporters débiles se tapent sur la gueule mais en attendant les stades se remplissent sur la base d'une présupposée rivalité gonflée à bloc par ceux et celles qui y trouvent un intérêt financier...
Alors ouvrons l'oeil pour dénoncer en toute objectivité et dans la mesure de nos moyens les saloperies qu'elles fussent de droite de gauche, du centre ou d'ailleurs.
J'ajouterais qu'il y a tout de même un truc pour lequel, à mes yeux, la gauche est championne : sa faux-culerie et son côté donneur de leçon. Tant qu'elle continuera dans cette voie, elle ne sera pas prête d'avoir mon bulletin. Je préfère encore les gros pourris qui s'assument.
Enfin , ceux qui pensent que c'est facile de tomber dans le "tous pourris" devraient s'en prendre aux politiques qui ne me donnent pas envie de renouveler ma confiance...

9 commentaires :

  1. Je ne participe à rien du tout. J'efface les grafitis sur mon blog, et je profite du joli temps dehors.

    Sinon ton billet est juste...

    RépondreSupprimer
  2. Pfewww quelle célérité !
    Oui tu as raison, "participer" n'est pas approprié. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. "ou bien qu'il y en a plus chez l'un ou chez l'autre"

    Toutes les vérités ne sont donc pas bonnes à admettre ?

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien le "s'en prendre aux politiques qui ne me donnent pas envie de renouveler ma confiance... "

    RépondreSupprimer
  5. Si si Nicolas, il y en a peut-être plus en ce moment à l'UMP et dans ce cas on peut le dire. Sauf que comme je le disais ce n'est pas immuable.

    RépondreSupprimer
  6. Salut Yann, je m'apprêtais à laisser un commentaire sur ton billet ce matin et puis j'en ai fait un moi-même : je ne voulais pas plomber le tien avec un ton assez désabusé. J'ai bien aimé ton billet d'ailleurs, tu as mis le doigt où ça fait mal.

    RépondreSupprimer
  7. Mais heu ! Vous m'avez piqué mon opinion !

    RépondreSupprimer
  8. @Tsuki
    C'est l'premier qui dit qui est !

    RépondreSupprimer
  9. Arf... le faux côté étonné, "comment, les puissants s'amusent entre eux ???", relayé dans les médias me gave. Ils ont tous les mêmes copains. La seule chose qui compte dans cette "amitié", c'est la puissance, le pouvoir et l'argent. Le reste ils s'en foutent.
    Et tous les faux-culs qui ont mangé à la table des Ben Ali, Gbagbo et cie, qui les appelaient "amis" et qui maintenant les foulent aux pieds... Je ne vis pas comme eux, la majorité de la population ne vit pas comme eux... qu'est-ce qu'on en a à faire ? Ca a toujours été ainsi.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.