mercredi 28 juillet 2010

Nouvel album de I LIKE TRAINS

BadgeI LIKE TRAINS sort un nouvel album intitulé "He Who Saw The Deep" et dont le mode de financement passe par le site Pledge.
Ce sont les fans qui financent l'enregistrement à venir à l'aide d'un système ingénieux de pré-commandes :
On achète le futur album et on est débité dès lors que l'objectif est atteint pour le groupe, celui-ci peut alors démarrer l'enregistrement de l'album qui sera envoyé ou téléchargé en avant-première aux fans l'ayant commandé.
I LIKE TRAINS a manifestement largement dépassé son objectif. Le prix du nouvel album du groupe est de 8£. Pour les plus fortunés et les gros fans on peut également pré-commander un CD dédicacé, des Vinyls assez rares, des posters, des pédales... et même une leçon de guitare.
J'avais découvert ce groupe en 1ère partie des pitoyables Sisters Of Mercy qui passaient l'année dernière et depuis j'avais pas mal accroché.
Plus d'infos sur pledgemusic.com
Le site du groupe : www.iliketrains.co.uk

mardi 27 juillet 2010

Webfly

Encore une chaîne de blog et cette fois c'est l'Hérétique qui me la file, lui-même ayant été tagué par le Faucon, ce dernier ayant été invité à répondre par Yann. La question est donc la suivante :
Si je ne bloguais plus, que ferais-je donc ?
Pour un addict du PC comme moi c'est difficile de répondre, c'est comme si je demandais au gouvernement de réduire son budget com' ou encore à Juju d'utiliser un cadran solaire.

Le blog a été pour moi le prolongement naturel de mes lectures sur le net : à force de lire des blogs, des sites d'infos et des forums où je laissais quelques fois des commentaires, je me suis dit qu'il serait peut-être bien venu de centraliser mes réflexions.
Le blog donne un toit à un pseudo qui quitte ainsi de facto le statut de SDF virtuel. L'avatar qui laissait des commentaires deci delà prend désormais corps dans un espace,  les utilisateurs du réseau pouvant alors aisément le localiser et en extraire des bribes de personnalité pour peu que le blog les laisse transparaître.
Alors qu'adviendrait-il si j'abandonnais le blogage ?
Pas grand chose. Tout ceci n'est que futilité et luxure exacerbée.
Le net est un fantastique outil mais aussi et surtout le meilleur moyen de se perdre dans ses méandres oubliant au passage de s'occuper de l'autre vie : vous savez celle où on fait caca plusieurs fois par semaine, celle qui nous oblige à se coltiner un corps fait de chair et d'os qu'on se doit de nourrir 3 fois par jour pour finalement servir de dessert à des légions de vers au bout de quelques misérables dizaines d'années d'existence.
Oui vous l'avez compris le net n'est qu'un mirage, celui de l'homme qui tente de s'émanciper de son statut misérable, petit être fragile ballotté par les vents d'un destin qu'il ne maîtrise pas plus qu'un frêle esquif au milieu d'une tempête.
Nous tentons malgré tout de nous hisser à la hauteur des Dieux en accédant au savoir universel, nous avons créé pour cela une bibliothèque de données qui s'enrichie de jour en jour, compilant des années d'histoire du règne humain et de sa science. Nous avons recréé l'homme affranchi des lois de la pesanteur, dans un espace virtuel fait d'image et de son où nous tissons des liens en fonction des nombreux critères qui nous distinguent les uns des autres. Nous avons inventé l'identité numérique, alter-ego pixellisé de notre moi réel, ...
Et tout cela pour finalement se vautrer dans... de sinistres cloaques ou autres lieux de débauche infâmes !
Alors non, s'il m'était donné de ne plus bloguer, j'aurais tout au plus un léger phénomène de sevrage, mais je me sentirais enfin libéré d'un poids, le poids de cette frivolité à jamais insatisfaite, celle qui nous pousse à lire, à disséquer, à analyser chaque fil d'information avant de le partager participant ainsi à la grande chaîne alimentaire du web. Libéré du poids du monde, des peines et des joies planétaires;
Enfin hors de cette toile aliénante...
Enfin seul avec moi et mes proches.
...
Seul avec mes angoisses...
Seul avec moi et ma binouze, au fond d'un pub à l'odeur rance, anesthésié par ma énième pinte.

vendredi 23 juillet 2010

Histoires de drapeaux

Je souhaite ajouter une anecdote au très bel article de www.com-vat.com "commentaires & vaticinations" sur le drapeau national.
Il y a 4 ans j'ai séjourné à Munich quelques jours pour raisons professionnelles, durant la coupe du monde de football en 2006.
J'ai vu la ferveur des allemands et le drapeau qui de nouveau ressortait ça et là des placards, remisé qu'il était sur une quelconque étagère de la honte.
Ils étaient beaux ces jeunes allemands qui sortaient timidement ce drapeau encore chargé d'une histoire sanglante; ils le faisaient avec une pudeur magnifique et un amour qui laissait présager foi dans un avenir meilleur, reléguant les atrocités de la guerre dans les bas-fonds de l'histoire.
Un allemand m'expliquait alors que c'était une première cet élan national. Depuis de bien bien longues années.

dimanche 18 juillet 2010

Danseuses de l'école du cul

Quand un rendez-vous improbable avec un pote vivant dans le Tarn et une copine texane expatriée en Colombie se fait à Pigalle, on déniche alors au détour d'une rue des pépites comme cette superbe affiche...

On notera le nom évocateur des Danseuses de l'école du cul, qui j'en suis sûr m'amènera un trafic pas possible sur le blog et un bon classement Wikio dans la rubrique "Du cul, bordel !" qu'un Nicolas aurait pu initier.

On notera surtout l'annotation "Bal de charité" attribuant définitivement ses lettres de noblesses à la composition artistique d'une troupe altruiste.

Pour ceux et celles qui souhaitent aider leurs prochains, les soirées Secousses se passent au Divan du Monde dans le XVIIIème à Paris.
Plus d'infos sur le concept sur clarkmagazine. Allez, bougez-vous le cul !

lundi 12 juillet 2010

Les tubes de 1989

J'ai été tagué par Instantanés pour relayer une nouvelle chaîne qui m'a pas mal inspiré à posteriori et je l'en remercie :
Quel est votre tube de l'été ?
Instantanés a très justement évoqué la lambada de l'été 1989, premier tube planétaire mais aussi facteur aggravant d'urticaire chez un râleur comme moi allergique à la mu$ique-merchandi$ing.



mardi 6 juillet 2010

Sea, Chess & Son

En vacances quelques jours avec le fiston, trop bien ! :-)
Cette fois avec la photo !

Vlad
htpp://unraleurdeplus.blogspot.com
(message envoyé depuis un mobile Nokia, un de plus que l'iPhone n'aura pas)

Hémorroïdes républicaines

En ce moment le gouvernement doit faire face à de nombreuses affaires entachant la République irréprochable souhaitée par Nicolas Sarkozy. La gauche en profite pour tirer à vue sur la droite mais comme l'indique Corto, elle n'est pas exempte de tout reproche. Nous le savons tous et cela n'exonère en aucun cas la droite. Au fil des alternances gauche-droite l'opposition joue la mère-vertu et c'est ainsi depuis des dizaines d'années.

Lorsque la barraque est vermoulue de corruption, de collusions d'intérêts, de financements occultes et de copinages, changer de locataire n'y changera rien. C'est le système qui est pourri.
J'apprends à l'instant même que l'ex-comptable du couple Bettencourt certifie qu'il aurait fourni des enveloppes d'argent liquide pour «arroser» des responsables de droite, dont un certain candidat à la présidentielle de 2007 (source le Figaro)
C'est le système dont je parlais plus haut.
Quand je pense que tout le fric reversé par ceux qui travaillent honnêtement est géré par des mafieux qui ne pensent qu' à se faire élire pour poser leur cul dégueulasse sur le trône de la maison France ça me fait gerber.
C'est tout simplement insupportable.
Je peux plus les encadrer, c'est des immondes, qu'ils aillent tous au diable. Nous leur avons accordé notre confiance à ces élus et voilà ce qu'ils en font. Là tout de suite j'ai envie de sortir dehors spontanément, de prendre une fourche et de gueuler comme un âne. Je ne suis pas le seul à être en colère. Nous sommes des millions à avoir envie de leur foutre leur putain de cigares et leurs jets privés dans le cul. Puissent-ils être perclus d'hémorroïdes ces pourris, puissent-ils ne plus jamais s'asseoir sur leur fauteuil de député, de ministre ou de maire.

vendredi 2 juillet 2010

Quelque chose de pourri en République

Aujourd'hui je contribue largement au trou de la sécurité sociale : je suis au centre en charge de faire un bilan santé pour tous les assurés sociaux. Je crois ne pas dire trop de conneries en affirmant qu'on a droit à ce bilan santé complet tous les 5 ans et c'est une bonne chose. J'étais en train de feuilleter Métro entre l'examen de sang (avec une p'tain d'infirmière trop aarghhh&¥*^ !!!) et l'électrocardiogramme quand je suis tombé sur un article traitant de Zoé Shepard, cette fonctionnaire qui a écrit un bouquin qui s'est vendu à 10000 exemplaires depuis mars. Elle y décrit si j'ai bonne mémoire ses désillusions dans son travail quotidien dans la fonction publique, la lenteur érigée en système et l'initiative étouffée entre les replis de graisse du pachyderme. J'apprend donc que Zoé (pseudonyme) risque d'être virée pour avoir osé poser un regard cynique sur notre administration bien-aimée. Je ne sais pas si on peut lire l'article que j'ai pris en photo d'autant que je teste pour la première fois l'envoi d'un article via mon mobile. Ce qui me révolte dans l'affaire de Zoé Shepard c'est quand je pense à Woerth qui lui s'accroche à son poste avec un aplomb incroyable, balayant les critiques avec un mépris doublé d'un cynisme redoutable. Écoeuré !

Vlad
htpp://unraleurdeplus.blogspot.com
(message envoyé depuis un mobile Nokia, 1 de plus qu'iPhone n'aura pas)

Blogger se met aux statistiques

Grosse nouveauté aujourd'hui relayée par le blog officiel de Blogger : Blogger intègre désormais des statistiques. C'est une avancée majeure qui ravira tous ceux qui ne sont pas super à l'aise avec google analytics. Cette fonctionnalité apparait sous forme d'un nouvel onglet "statistiques" dès lors que l'on a coché la case "blogger in draft" (dans le tableau de bord de Blogger) qui n'est autre que la version bêta de Blogger.

Comment se présentent les statistiques ?
Le tableau de bord "overview" permet d'avoir un rapide coup d'oeil sur :

jeudi 1 juillet 2010

E-sevrage et chômage

C'est le 1er juillet aujourd'hui, il fait super chaud, j'ai épluché toutes les offres d'emploi et je suis une fois de plus affalé sur mon canapé avec le PC et mon chat tout près de moi.
Hier mon généraliste m'a fortement recommandé d'arrêter mon activité frénétique sur le PC, de me e-sevrer, en gros de me débrancher du net, de faire du réel-social, d'oublier la politique, la marée noire, l'embryogenèse des oursins, mon compte bancaire et de reprendre mes activités sportives.

Et oui, je suis au chom'du, c'est pas toujours simple de garder la tête froide : un coup on se démobilise, un coup on reprend  vie...Globalement je tiens le cap car j'ai des pistes deci delà mais j'avoue que depuis quelques temps c'est un peu l'atonie, reflet du rythme des offres et des entretiens. Les fortes chaleurs n'arrangeant rien (mon chat assimilé à une descente de lit ventripotente et pleine d'acariens en atteste)

Je connais des copains qui tiennent des bars dans un quartier de Paris qui bouge pas mal. Et là mon généraliste il a eu une idée de génie : au lieu de faire de la bronzette devant mon écran 15,4", il m'a conseillé de demander à mes pôtes si je pouvais pas bosser comme intérimaire chez eux, derrière le bar, en attendant de trouver du boulot. Si ça se réalise et que vous souhaitez râler en live accoudés sur un comptoir, je vous filerai l'adresse et vous paierai la bière (ou le jus de tomate pour les alcooliques anonymes).
Et comme je suis sympa aujourd'hui (j'ai un entretien cet après-midi), je vais remercier tous ceux qui contribuent à répandre mes conneries sur le net et surtout tous ceux qui me lisent.

Addendum : Il est 00:35, je reviens d'un des bars en question où je me suis fait chambrer à cause d'une belle moustache que j'ai laissé pousser pour emmerder ma femme. Apparemment c'est rédhibitoire les moustaches derrière le bar, trop ringard, trop beauf, trop Domenech aka "le boucher" quand il était jeune et qu'il cassait des jambes...Bon et puis j'ai viré le tableau des backlinks que j'avais initialement mis à disposition sur ce post, il était incomplet, faut que trouve une autre alternative à Backlink factory de Wikio manifestement pas tout à fait au point.

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.