samedi 24 avril 2010

Préparons l'été...

Il ne s'agit pas seulement d'alimenter ce blog pour exprimer colère ou exaspération, il faut aussi laisser s'exprimer les innombrables joies simples que recèlent notre vie quotidienne et auxquelles nous ne savons plus prêter attention. La maison du faucon sait parfaitement reconnaitre ces moments de quiétude et de calme absolu, parenthèses nécessaires entre deux billets traitant de politique ou de faits de société.

jeudi 22 avril 2010

Exaspération

Il n'y a rien à faire, je suis incroyablement peu inspiré en ce moment. J'ai une grosse impression de lassitude. Même les forfanteries du gouvernement n'arrivent pas à m'emballer. Ou à peine.
- La posture sécuritaire du Président à Tremblay-en-France : c'est du réchauffé, du déjà-vu, ça me gave et pour moi électeur de base, ça frise l'imposture. Si la rhétorique est guerrière et volontaire, dans les faits rien ne change d'une année sur l'autre. Du vent.
- Supprimer les allocs ? Des chauffeurs de bus expriment leur ras-le-bol de se faire caillasser et plutôt que d'arrêter manu militari tous les zarma-la-fronde, on propose de supprimer les allocs de parents aussi irresponsables que leurs progénitures délinquantes. Ca changera quoi dans les faits ? Les quelques parents aussi pourris que leurs gosses n'auront plus d'allocs... Vous croyez que tout ce beau monde va alors gentiment rentrer au bercail, faire pénitence et regarder le 20h, la chaine parlementaire et éventuellement Arte ? Ah ben merde j'ai 1000 euros de moins par mois, je vais alors arrêter de dealer mon shit qui m'en rapporte 500 par jour...Ridicule.

vendredi 16 avril 2010

Enfumage

Roselyne vous vous souvenez ? Celle qui a admirablement bien géré la pandémie du siècle et qui nous a sauvé d'une mort certaine. Et bien cette fois Super Roselyne revient encore plus fort :
"La ministre de la santé, Roselyne Bachelot, a annoncé vendredi 16 avril sur RMC-BFM TV avoir signé l'arrêté rendant les images choc obligatoires sur tous les paquets (de cigarette)." (source le Monde)
Bon pas question d'interdire la production de cette drogue dure hein, parce que malgré l'effort exemplaire déployé par les ministères pour se serrer la ceinture, il faut renflouer les caisses.

jeudi 15 avril 2010

Colère

En ce moment je garde un certain détachement sur l'actualité, je travaille sur des projets professionnels qui me prennent du temps et je n'ai pas la disposition d'esprit pour polémiquer ou pour disserter sur une actualité morose et déprimante. Pas envie de m'énerver ni de me bouffer la rate. J'en étais même venu à reconsidérer la teneur générale que je souhaite accorder à ce blog : envie de plus de légèreté et de moins de réactions acerbes.
Pourtant il y a de quoi s'énerver.
Il y a toutefois un fait divers qui a particulièrement marqué mon esprit : il s'agit de l'agression du géographe de 23 ans à Grenoble. Celui-ci a été tabassé, lynché et blessé à l'arme blanche par un groupe d'une quinzaine de sauvages. Je crois avoir été dans la même disposition d'esprit que de nombreux autres blogueurs : l'émotion suscitée par les circonstances de l'agression m'a ôté toute volonté d'en parler. Le silence s'imposant parfois comme un réflexe de pudeur à la hauteur de la gravité des faits.

jeudi 1 avril 2010

Réflexions sportives sur le bien-être

Dimanche 28 mars, j'ai participé pour la première fois à une course : le 10km du Château de Rambouillet.
Pour tous ceux qui pratiquent la course à pied et qui hésitent à passer le cap, je ne peux que leur recommander d'y aller. Avec pas loin de 1000 participants, l'ambiance est très conviviale, familiale et bon enfant. On y croise des vieux, des jeunes, des grands dadets filiformes aux muscles noueux ou encore des gros balèses genre rugbyman. Que vous soyez pro ou une vraie brelle, il y en a pour tout le monde. En plus, à la fin c'est comme dans Dimanche Martin, tout le monde a gagné ses 2 Tee-shirts, quelques menues barres chocolatées ainsi qu'un fruit et de la flotte histoire de ne pas canner après la course.
Je ne risquais pas de mourir d'inanition : après la course moi et mes potes nous étions réuni avec femmes et enfants autour d'une méga choucroute.
Pourtant...Rien ne me prédisposait à ce genre d'événement : je n'ai jamais aimer courir. Voici donc le récit de cet étrange revirement...

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.