dimanche 12 septembre 2010

Il faut sauver Ebrahim et Sakineh

Vous savez tous avec la mobilisation internationale en faveur de Sakineh Mohammadi Ashtiani que l'Iran condamne à la peine capitale des hommes et des femmes accusés d'adultère.
Mais ce n'est pas tout.

Ahmadinejad avait déclaré en 2007 qu'il n'y avait pas d'homosexuels en Iran.
Et pour cause : les homosexuels sont condamnés à mort en Iran

Ebrahim Hamidi, un jeune iranien, est condamné à mort pour des prétendus actes homosexuels. Sa sentence risque d'être exécutée d'un instant à l'autre.



S'il ne "bénéficie" pas de la même mobilisation que Sakineh, il faut dénoncer de la même manière la politique barbare iranienne.
Plus d'information :
Communiqué officielLibérationYagg, A toi l'honneur !, Le Monde, Dentelles et tchador

La théocratie iranienne applique des lois d'un autre âge sous prétexte d'un hadith ne figurant plus ou pas dans le coran.
Mais il n'y a pas que l'Iran...
Dans près de 80 pays, les relations homosexuelles sont punies par la loi (Algérie, Sénégal, Cameroun, Liban, Egypte, Koweït...). Elles sont passibles de lourdes peines de prison (pouvant atteindre jusqu'à 10 ans) en Libye, en Syrie, en Malaisie ou à la Jamaïque.
Certains pays, pour la plupart islamistes, punissent l'homosexualité de la peine de mort : Afghanistan, Iran, Arabie Saoudite, Mauritanie, Emirats Arabes Unis, Yémen, Pakistan, Soudan. (Source : Le Routard).

J'ai beaucoup aimé l'intervention du philosophe Abdennour Bidar dans l'Emission C dans l'air du 31 août 2010 "La charia selon l'Iran" dont je vous ai sélectionné un court passage :


Nous devons tous nous mobiliser dans la mesure de nos moyens.

Merci à Corto, l'instigateur de ce billet.

2 commentaires :

  1. Merci Vlad,sincèrement !
    biz du dimanche !

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des fois où on peut se dire que l'on vit dans un beau pays.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.