vendredi 20 août 2010

Insécurité et retraites : comment résoudre une équation du second degré

Dangereux récidiviste faisant le guet sur un déambulateur, arme de 6ème catégorie (photo : Isabelle)
Suspecté de l'empoisonnement de chiens et de daims d'élevage, un homme de 77 ans, avait été placé en garde à vue mi-juin à la gendarmerie d'Amancey (Doubs), dans le cadre d'une enquête pour "sévices graves, actes de cruauté et empoisonnement contre des animaux". Il a été découvert inanimé dans sa cellule par les gendarmes, qui l'avaient laissé seul environ une demi-heure à la pause déjeuner sans avoir vu le médecin qu'il demandait d'après l'avocat de la veuve. L'autopsie réalisée sur le corps a constaté que l'homme est décédé des suites d'un arrêt cardiaque "potentiellement causé par une situation de stress" (source : Le Figaro)

La cour d'appel de Montpellier a rejeté aujourd'hui la demande de remise en liberté du septuagénaire mis en examen et écroué après avoir tiré sur deux cambrioleuses qui s'étaient introduites dans sa maison de Nissan-les-Enserune (Hérault), le 5 août dernier, a-t-on appris auprès de Me Josy-Jean Bousquet, son avocat. "Je suis déçu car j'estimais que sa remise en liberté ne troublerait pas l'ordre public", a commenté ce dernier interrogé par Associated Press." (source : Le Figaro)


Français, françaises, la politique volontaire que nous menons contre l'insécurité commence à porter ses fruits : chaque jour de nouveaux malfaiteurs sont mis hors d'état de nuire. Parallèlement à cela, nous sommes en passe de résoudre le problème du financement de nos retraites.

3 commentaires :

  1. bobillé ! et paradoxalement, 2 gusses de moins de 20ans qui tabassent des flics écopent de 3 et 7 mois de prison ferme mais sont remis en liberté !
    Va comprendre ...

    RépondreSupprimer
  2. Il y a des photos qui font froid dans le dos :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.