samedi 22 mai 2010

Anonymat et internet

Ca y est, tout le monde en parle, ça fait le buzz chez les blogueurs : le sénateur Jean-louis Masson a déposé une proposition de loi "tendant à faciliter l'identification des éditeurs de sites de communication en ligne et en particulier des blogueurs professionnels et non professionnel".
Lire la proposition de loi
M. Masson souhaite "procéder à quelques ajustement juridiques" face à "l'explosion de nombre de blogs et de sites internet édités par des non professionnels anonymes" afin de "mieux protéger les éventuelles victimes de propos inexacts, mensongers ou diffamations".
D'après un rapport remis en 2008, la France compterait 9 millions de blogs dont 2,5 millions actifs.
Le sénateur propose donc d'étendre "aux éditeurs non professionnels de sites internet, et en particulier aux blogueurs, les obligations d'identification requises des professionnels" en assimilant l'éditeur non professionnel au directeur de la publication.

Si ce projet de loi est adopté, tout blogueur non professionnel devra donc faire figurer sur son site son nom et un email.


Un blogueur est responsable civilement et pénalement des propos et des commentaires publiés. Cela veut dire que si par exemple des propos sont jugés diffamants à l'égard d'une personne, celle-ci peut se retourner contre le blogueur en portant plainte. Une fois la plainte déposée, il est très aisé de retrouver l'identité du blogueur à l'aide de l'adresse IP.
L'anonymat ne protège donc pas les blogueurs indélicats et c'est bien ainsi.
Alors pourquoi donc obliger le blogueur à laisser son nom sur son blog ?
Ce blog se veut délibérément anonyme pour plusieurs raisons :
- Je ne souhaite pas que le contenu de ce blog soit lu par d'éventuels employeurs, futurs employeurs ou partenaires professionnels pour des raisons évidentes. Mes idées politiques, mes goûts musicaux, mes réflexions diverses et variées ne regardent que moi et mes (bien-aimés) lecteurs, aussi, je ne souhaite pas qu'il y ait la moindre interaction possible avec la sphère professionnelle.
- Je ne veux pas prendre le risque d'un quelconque harcèlement écrit, mail ou téléphonique dès lors qu'un individu déséquilibré ou simplement malveillant considère que mes propos ne vont pas dans son sens.
Le gouvernement prendrait-il le risque d'obliger tous les ados chez skyblog, myspace, lastfm, facebook... à laisser leur nom alors qu'on poursuit une politique de prévention visant à protéger les données personnelles des individus ?

13 commentaires :

  1. Pourquoi sénateurs et députés veulent-ils interdire l'anonymat sur un texte de blog, alors qu'ils défendent celui de l'accouchement sous X?
    Les conséquences dans l'un et l'autre cas ne sont pas les mêmes!
    Il y aurait là comme une incohérence, non?

    RépondreSupprimer
  2. Génie Senbouillir22 mai 2010 à 20:09

    Il est dangereux ce sénateur, virons l'UMP en 2012 et, dès aujourd'hui, donnons-nous en les moyens !

    RépondreSupprimer
  3. Le besoin de se couvrir par l'anonymat signale un manque de liberté d'expression.
    M. Eliséo ALVAREZ. Clermont-Ferrand.

    RépondreSupprimer
  4. Pourquoi certains craignent que leur vrai nom soit lu par un patron ou un patron potentiel.
    Y aurait-il quelque chose que n'y va pas dans son commentaire ou chez les patrons ?
    M. Eliséo ALVAREZ. Clermont-Ferrand.

    RépondreSupprimer
  5. @M. Eliséo Alvarez
    Bonjour, je n'irais pas jusqu'à dire que je manque de liberté d'expression.
    Le ton de ce blog par exemple et ses rubriques aux sujets variés ne souffrent d'aucune censure si ce n'est la mienne eu égard ma volonté de ne pas insulter ou diffamer.
    Cependant, il faut être réaliste, si mon futur employeur voyait ma tête de dégénéré et lisait mes articles, il y a fort à parier que je réduirais fortement mes chances de trouver un emploi prochainement. C'est ainsi. De même qu'un patron vous verrai différemment s'il vous voyait faire le mariole en pyjama dans votre salle de bain.

    RépondreSupprimer
  6. Sûr que le ton des blogs perdrait en liberté si on était obligé d'y notifier son nom.
    Sûr que certains trouveraient là de nouveaux amusements, à chasser les écrits des uns et des autres, faire des recoupements, et à les utiliser à des fins malveillantes.
    Et tout ça pour quoi ? Parce que quelqu'un a dit que la mère Carla s'envoyait en l'air avec un quidam et que c'est pas bien, oh non, ce n'est vraiment pas gentil, ça.
    La classe politique française n'a rien à envier aux oligarques d'outre-Kremlin.

    RépondreSupprimer
  7. Juste pour alimenter le débat, le projet de loi LSI, préparé par Jospin, prévoyait déjà l'identification des blogueurs

    RépondreSupprimer
  8. Nos chers politiques aiment bien le pouvoir, sinon ils ne seraient pas là... Donc ils aiment contrôler, et puis le complexe de Big Brother les prend et ils croient qu'ils peuvent devenir les maîtres du monde. Et pondre des lois comme celle-là.
    C'est dangereux.
    On ne pourra plus, évidemment, s'exprimer avec autant de liberté, d'ouverture et de délire si l'identité des éditeurs est connue.
    Qu'est-ce que ça peut bien leur foutre, ce qu'on s'échange, ce qu'on se dit, puisque, comme on l'a précisé très justement, en cas de problème, il n'est pas difficile de retrouver l'éditeur indélicat?
    Encore une fois, il va falloir en pousser une.
    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    On fait une pétition?

    RépondreSupprimer
  9. J'aime bien l'expression "l'explosion du nombre de blogs et de sites internet édités par des non professionnels anonymes" comme si c'était en soi un problème ou une anomalie, comme si ce n'était pas la nature même d'internet !
    Dans la rue, "malgré l'explosion des prises de bec et des trucs pas gentils à se dire et à se faire", personne n'est tenu d'afficher son identité ; seul un flic peut obliger à la décliner.
    Imaginez l'intérêt des blogs s'ils étaient identifiés à leur auteur... s'ils n'étaient pas anonymes. Ils seraient aussi ennuyeux que les gens de tous les jours !

    RépondreSupprimer
  10. J'ai signé la pétition. Mais ils m'ont obligée à changer mon pseudo. J'ai mis Clairou. C'est pour embrouiller encore plus Big Brother?
    Hé! Hé! Bien joué.

    RépondreSupprimer
  11. @la femme des steppes
    Тачно, да!
    @Anonyme
    Le bougre ! N'empêche qu'en 2002, il a préféré rejoindre l'anonymat en allant pêcher à vélo sur l'île de Ré...
    @Xix
    Oui, les blogs seraient ennuyeux... Un peu comme si on voyait nos parlementaires tous les jours à un concours de pétanque chez Pierre et Vacances. Arg.
    @Claire
    Clairou c'est minou !
    Vladou

    RépondreSupprimer
  12. J'avais entendu parler de patrons voyous. Faut-il maintenant se protéger de patrons voyeurs, prêts à nous surveiller, contrôler, voire s'immiscer dans nos activités extra-professionnelles ?
    Croyez-vous que les prud-hommes approuveraient des patrons qui se mêlent de nos vies en dehors du travail ?
    Faussement naïf votre. M. Eliséo ALVAREZ. Clermont-Ferrand.

    RépondreSupprimer
  13. M. Eliséo Alvarez, le voyeurisme se fait surtout en amont et avant l'embauche du salarié. Rien n'empêche un employeur de ne pas retenir un candidat à l'issue de l'entretien parce que ce qu'il a vu du candidat sur facebook, myspace ou sur son blog ne lui convenait pas. L'employeur n'évoquera jamais ses critères-là qui pourraient être jugés discriminatoires. Vous voyez donc que les prud'hommes ne sauraient sauver l'imprudent candidat qui aura étalé sa vie publique sur le net.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.