jeudi 22 avril 2010

Exaspération

Il n'y a rien à faire, je suis incroyablement peu inspiré en ce moment. J'ai une grosse impression de lassitude. Même les forfanteries du gouvernement n'arrivent pas à m'emballer. Ou à peine.
- La posture sécuritaire du Président à Tremblay-en-France : c'est du réchauffé, du déjà-vu, ça me gave et pour moi électeur de base, ça frise l'imposture. Si la rhétorique est guerrière et volontaire, dans les faits rien ne change d'une année sur l'autre. Du vent.
- Supprimer les allocs ? Des chauffeurs de bus expriment leur ras-le-bol de se faire caillasser et plutôt que d'arrêter manu militari tous les zarma-la-fronde, on propose de supprimer les allocs de parents aussi irresponsables que leurs progénitures délinquantes. Ca changera quoi dans les faits ? Les quelques parents aussi pourris que leurs gosses n'auront plus d'allocs... Vous croyez que tout ce beau monde va alors gentiment rentrer au bercail, faire pénitence et regarder le 20h, la chaine parlementaire et éventuellement Arte ? Ah ben merde j'ai 1000 euros de moins par mois, je vais alors arrêter de dealer mon shit qui m'en rapporte 500 par jour...Ridicule.
- La burqa interdite en France ? Je n'en puis plus, je suis archi dosé par ces histoires de tissus, avant c'était le voile et le psychodrame avait duré des années. Après la burqa et le niqab ce sera quoi encore ? Les toges de la secte moon ? Les épingles à nourrice des punks ? Pourquoi faut-il débattre des siècles avant de prendre une décision ? Le gouvernement a l'outrecuidance d'annoncer l'interdiction de la burqa en France alors que la loi n'a pas encore été voté (voir l'article d'Autheuil à ce sujet)...On n'a pas fini d'en parler. Devant nous encore de nombreuses crises, larmes et gesticulations. Tout ceci sent l'amateurisme. Nul.

Pendant ce temps-là en France, rien de nouveau sous les cendres, 15 jours de grèves SNCF, des millions d'euros de perte, des dizaines de milliers de voyageurs emmerdés et toujours la même impunité syndicale qui se contre-fout totalement des répercussions désastreuses. Ils ne sont pas à 250 000 euros près...
Le syndicat du livre ? Pareil, ces mafieux font grève, sans discussion préalable et fragilisent toute l'économie de la presse déjà mise à mal.
La dette de la France ? 400 milliards d'euros soit 20% du PIB (chiffres fin 2008, source : blog de Jean-pierre Chevallier). Pas de quoi en faire un plat hein ? Pis on va pas s'emmerder à faire un plan pour la résorber, on laisse la merde aux prochains...De toute manière on s'en fiche on a nos retraites de parlementaires dont le régime compte parmi les plus avantageux au monde.

Alors voilà, pour quelqu'un de peu inspiré j'ai tout de même lâché mon exaspération dont l'origine provient surtout de faits de société et d'attitudes politiciennes redondantes. J'ai la désagréable sensation que tout ceci est symptomatique et va encore perdurer des années quelque soit la couleur politique des gouvernants.

4 commentaires :

  1. Partagerions nous, a peu de choses près, les mêmes exaspérations ?
    Je crois surtout que nos politiques gauche et droite, sont vachement doués pour noyer les poissons en tout genre afin de garder leurs confortables fauteuils !
    quant aux syndicalistes, ils ont (avaient?) une certaine utilité. Ils se fourvoient maintenat ds des luttes désuettes ou ridicules. Je repense a ce que disait le gars de Sud Rail. Le journaliste lui disait compte tenu des difficutés des avions, vs auriez pu suspendre votre grève pour aider les gens ds la panade et lui de répondre: ca n'a aucun rapport, ns voulons defendre le svce public ! il a loupé le con une belle occasion de démontrer a quoi pouvait servir le svce public ! pathétique et pitoyable.

    enfin, bref !
    biz

    RépondreSupprimer
  2. Oui hélas Corto nous partageons certaines exaspérations. Tout comme toi je crois de plus en plus à un corporatisme exacerbé qui n'a pour seul but de garder sa place...contre tout intérêt général. La défiance générale des citoyens en est la meilleure preuve. Politiques et syndicalistes seraient bien inspirés de nous lire ! ;)

    RépondreSupprimer
  3. Oh là... ça sent l'abattement général, ce billet.
    Je ne peux résister à vous faire partager cette photo, reçue par mail ce matin. C'est mesquin, certes, mais en ces temps grisâtres, on ne recule devant rien pour faire sourire un râleur :

    http://i64.servimg.com/u/f64/11/94/67/58/elysee10.jpg

    RépondreSupprimer
  4. @ la femme des steppes
    Merci beaucoup, je comprend mieux pourquoi je n'ai jamais aimé guignol tout petit...
    :)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.