mardi 8 décembre 2009

Eco-terrorisme

Vous avez sans doute suivi l'affaire du Climategate : des pirates informatiques ont réussi à piquer des mails au sein du centre d'étude climatologique du GIEC. Le contenu de ces mails met à mal le soit-disant consensus scientifique (maintes fois décrié) tendant à prouver que le rejet du CO2 des activités industrielles humaines fouterait en l'air le climat. Je ne reviendrais pas en détail sur cette affaire, elle a été très bien commentée sur d'autres blogs comme celui-ci ou celui-là.
De nature soupçonneuse,


je n'ai jamais pris pour argent comptant l'information lue dans la presse ou vue à la télé. D'autant que le brouet servi par les médias se veut aussi consensuel que les conclusions des scientifiques du GIEC : tout ce qui dépasse du climatiquement correct est étouffé, occulté ou encore diabolisé.
D'ailleurs, je n'adhère pas plus aux thèses des malades qui voient des complots partout initiés par la franc-maçonnerie ouzbek de Bételgeuse.
Par contre j'en ai plein le dos qu'on nous bassine avec le réchauffement, l'environnement et les gestes éco-citoyens. Si certains se targuent d'être d'une droite décomplexée, moi je suis un citoyen pollueur décomplexé et fier de l'être.
Et c'est pas les présentatrices météo qui vont me dicter ma manière de me chauffer, de me déplacer, de trier mes déchets et encore moins de m'alimenter. La culpabilisation des esprits érigée en système de communication par la peur s'appelle de la propagande voire du terrorisme intellectuel. Vous trouvez que je force le trait ? Regardez donc les vidéos qui suivent...






8 commentaires :

  1. Yo!
    Autant te dire tout de suite, je suis une écolo et bien que je n'approuve pas ton avis, je ne vais pas te dicter ta conduite. Mais! Ne penses-tu pas qu'il peut y avoir un fond de vérité dans la théorie du réchauffement climatique? Et si tu ne le pense pas, tu ne crois pas que pour la personne qui nettoie tes déchets, nettoie la ville, s'occupe des parcs et com. la vie serait plus simple si on leur donnait un petit coup de pouce? Si tu n'aime pas l'écologie, d'accord! Mais pense à la solidarité! Les éco-gestes, c'est pas qu'une question écologique, mais de respect également! Et juste pour te rendre compte qu'on consomme parfois vraiment trop dans notre société, essaye pendant une semaine de manger au même horaire qu'un chien (soit le matin et le soir). Et après ça, imagine la souffrance que doit être celle d'un Africain par exemple qui crève la dalle à cause de la sécheresse de ses terres! Ce phénomène vient bien de quelque part, non? Si c'est pas du réchauffement climatique, c'est peut-être à cause de nos société à nous qui vont s'établir là-bas parce que les règles sont moins strictes qu'ici! C'est la faute de ces sociétés si c'est comme ça, d'accord! Mais qui c'est qui les finance? Leur clients! Leur consommateurs!
    Voilà, tu peux dire tout ce que tu veux sur moi, mais au moins, tu sauras que pour certains, c'est quelque chose d'important, l'écologie!
    Bonne soirée qu'en même!

    RépondreSupprimer
  2. BILLET D’HUMEUR (partie 1#2)
    Il y a encore quelques dizaines d'années quand on était bien pensant, quand on voulait être sauvé, on allait à confesse le samedi et à l'église le dimanche où l'on communiait tous dans un unanimisme bêlant.
    Les humains ont toujours eu besoin de religions, les formes moderne sont plus masquées, plus idéologiques : communisme, libéralisme sous certaines de ses aspects dans les années récentes, écologisme maintenant.
    Ces nouvelles religions s'appuient à chaque fois sur un détournement de savoirs :
    . théorie de l'histoire et de la sociologie pour le communisme
    . théorie économiques pour le libéralisme
    . biologie, sciences de la terre, climatologie pour l’écologie.
    Je vois un obscur mélange où des théories et des savoirs complexes sont simplifiés, parfois sortis de leur contexte d’application et mal compris, détournés de leur sens, sont transformés en slogan, en idées simples là où les sujets sont complexes, dialectiques, contradictoires.
    Une fois de plus les théologiens de la nouvelle religion de l’écologisme nous expliquent que nous n’avons pas le choix.
    Vous vous souvenez du « There is no alternative (TINA) » de Margaret Thatcher dans les années 80 ? Aujourd’hui un certain nombre de « leaders » de l’écologie ne disent pas autre chose.

    Il y a actuellement un renversement des discours, qui contrairement aux apparences n’est pas un renversement des valeurs.
    Comme souvent, il est difficile de s’extraire des modes de pensée de son époque, et les révolutionnaires ne le sont parfois qu’en apparence.

    Il y a 20 ans on avait tendance à tout réduire à l’économique, à l’aspect chiffrable, comptabilisable. Et c’est effectivement deshumanisant, réducteur, terrible si on applique ce seul critère à l’évaluation des politiques, des individus, des projets..
    Mais qu’entend-on depuis quelques mois. Une nouvelle unité : la tonne équivalente carbone, l’empreinte carbone.
    Certains en viennent même à comparer l’empreinte carbone d’un enfant occidental avec celle d’un enfant en voix de développement !
    Il me semble que l’idéologie et les carcans de pensée nous permettent de gravir à chaque génération des montagnes dans le grotesque et l’obscène.
    (à suivre)

    RépondreSupprimer
  3. BILLET D’HUMEUR (partie 2#2)
    Pour ma part je n’oublie pas que l’écologie est une pensée politique (même si il y à confusion de sens avec une science), rien d’autre.
    Le GIEC est un groupe intergouvernemental, donc un groupe de conseillers désignés par des politiques, une commission composée de technocrates en quelque sorte, qui ne fait rien d’autre que la synthèse des travaux en cours dans la très nouvelle discipline de la climatologie.

    Je me méfie plus que tout des discours politiques qui annoncent la fin du monde et donne la recette pour l’éviter.
    Je pressens une forme de radicalisation qui m’inquiète : en 20 ans on est passé de la de la lutte contre la pollution, à la catastrophe imminente, au monde qu’il faut sauver, à la responsabilité morale absolue face aux générations futures.
    Dans toutes les montées de fièvres idéologiques, il y a des emballements de la sorte, des sincérités du plus grand nombre qui sont exploitées, des hystéries collectives qui conduisent à des drames.

    Si j’avais un conseil à donner, fuyez les sources d’informations militantes.
    Cultivez-vous ! Tournez-vous vers des sources qui sont au plus prêts de la compétence et de la construction des savoirs: en histoire en général et en histoire des sciences, en sociologie, en géopolitique, en économie, en physique, en chimie, en biologie, en philosophie.
    Je suis toujours effaré de l’inculture scientifique de mes concitoyens, qui parlent à longueur de temps d’atome, de biodiversité, de génétique sans connaître les bases mêmes des sujets qu’ils agitent.
    Documentez-vous sur l’évolution, sur l’histoire de la planète, vous verrez que certaines idées politiques autour du concept de « nature » sont totalement caricaturales.

    Intéressez vous aux religions occidentales : vous verrez peut-être comment certaines idées autour de la fin des temps, du péché des hommes, de la responsabilité collective et individuelle dans les malheurs du monde, de la colère du divin ou de la nature face aux mauvais comportements, traversent notre histoire depuis au moins 2000 ans…

    L’orgueil des hommes est tel qu’à toutes les époques ils se sont crus responsables des catastrophes qui tombent sur le monde.

    codunc@aliceadsl.fr

    RépondreSupprimer
  4. Certes il est essentiel de se documenter, d'être sceptique face à la profusion d'informations que déverse chaque jour les médias, d'être méfiant face à cette tournure politique et économique que prend l'écologie, face à cette commercialisation de préservation de l'environnement etc etc.....
    Mais très sincèrement je trouve très chère Vlad ton argumentation est lamentable :"moi je suis un citoyen pollueur décomplexé et fier de l'être", notons le "moi je" qui annonce cette insistance sur ta personne qui symbolise un égocentrisme profond, puis nous arrivons au triste et débile "pollueur décomplexé et fier de l'être", rejetez ta merde , te procure de la fierté ????? Tu penses être l'espèce suprême a qui revient de droit ce monde? Tu peux déblatérez ta pollution idéologique grâce au fait que la nature et donc la vie parce qu'ELLE t'a permis d'exister. J'ai vécu longtemps en Afrique , j'ai servie plusieurs causes humanitaires puis pour la protection des animaux et de l'environnement, j'ai eu accès à des bases scientifiques non gouvernementales réalisées grâce à l'expérience et à la recherche sur le terrain. J'ai vu comment des enfants et des animaux souffrent tous les jours à cause de profonds cons tel que toi , inconscient de l'impact qu'ils ont sur la biosphère. Que tu ne crois pas à certaines théories sur le climat est ton droit et je le respecte, mais ne pas croire au respect de la vie (car tout est lié en ce monde) est impardonnable. Alors sincèrement au lieu de parler de choses dont tu es complètement ignare ,derrière ton ordinateur , bien au chaud, voyage , instruis toi, découvre la misère du monde et tu comprendras peut être que les gestes qui n'ont aucune incidences sur toi vont provoquer des cancers à des jeunes enfants pauvres , la disparition d'une espèce, d'une plante.....et peut être qu'un jour tu seras très malade , mourant et que à cause de ton "je m'en foutisme stupide" cette plante qui aurai pu te soigner ne sera plus présente à la surface de la terre, et alors tu mourras comme un vieux con , aigri , lamentablement dés-évolué que tu es........mais voyons le bon côté des choses, il y aura un inutile et pollueur de moins sur cette merveilleuse planète sans qui tu ne serais rien lamentable con.
    Et pour tout ceux qui doutent (les commentateurs sceptiques), utilisez votre temps à préserver la vie, réchauffement climatique ou pas, médias corrompus ou non , fausses théories ou non, car sans elle vous n'êtes RIEN .

    RépondreSupprimer
  5. Wow ! Ca c'est du commentaire engagé !
    Je savais que la phrase "moi je suis un citoyen pollueur décomplexé et fier de l'être" allait faire réagir !
    1) Le "moi je" vous gène ? Excusez-moi d'exister, de respirer, de faire caca, de boire de l'eau et de rejeter du Co2 & du méthane. Je ne suis qu'un humain après tout.
    2) Le "pollueur décomplexé et fier de l'être" vous gène ? Je comprend, j'ai forcé le trait, il faut relire cette phrase dans son contexte. Je souhaitais revendiquer le droit de ne pas tomber dans une culpabilité orchestrée par des soi-disants politique bien-pensants qui ne font eux pas assez pour minimiser la pollution. Des exemples ? Les dm3 d'emballages que je rejette me foutent les boules, mais merde je vais pas m'empècher de faire bouffer la famille ! Le plastique : vais-je boycotter 95% des jouets de mon gamin, l'ordi sur lequel je tape ? Non. La bagnole ? Dois-je la vendre ? Ah merde, j'en ai besoin pour travailler.
    3) Vous dites "La vie m'a permis d'exister". Entièrement d'accord ! Croyant, je me sens redevable et remercie souvent le ciel de ce cadeau et des joies qu'il apporte. Mais je n'irai pas faire vivre ma famille dans une grotte pour autant.
    4)"inconscient de l'impact sur la biosphère" : vous avez raison, je n'y connais rien en biosphère. C'est une faute ?

    Enfin pour terminer, vous n'avez pas compris du tout le fond de mon article. Mon éducation m'a appris à ne rien jeter par terre, à économiser l'eau et l'électricité, à finir les assiettes et à chasser le gaspis. Mon gamin est éduqué de la même manière. alors oui, je regrette profondément que la diversité animale et végétale se réduise lamentablement et que les sols soient pollués.
    Mais j'ajouterais que c'est aux pouvoirs publics d'agir pour arrêter l'agriculture intensive, réduire la pollution industrielle et surtout faire reculer la production intensive de produits de toute sorte à la durée de vie très limitée nous poussant sans cesse à une consommation malsaine. Moi je suis partant pour revenir à l'ancienne, avoir des casseroles qui durent 20 ans, voir revenir des rémouleurs, bannir les jouets merdiques en plastique, rouler avec une bagnole qui carbure à la flotte, ramener des bouteilles consignées, bouffer des fruits et légumes sans pesticides et tant pis s'ils sont un peu bouffés par les vers. Mais me gavez pas avec les grandes théories sectaires qui devraient me foutre la honte d'exister. Je fais des efforts dans la mesure de mes moyens. Et si on me donne plus de moyens, je suis partant. Vous voyez ? Je suis de bonne volonté.

    RépondreSupprimer
  6. Le fait d'exister et d'être en théorie évolué implique un devoir , (il n'y a strictement rien de sectaire là dedans), le devoir d'être conscient que nous sommes liés à l'essence même de la vie qui est régie par notre planète , et par conséquent de faire en sorte de traité cette dernière avec respect . Vous et votre enfant êtes et resteront une espèce parmis tant d'autres, une poussière sur l'echelle du temps. Je ne vous ai pas sermonné pour une quelconque idéologie politique ou sectaire, mais simplement apprenez que la vie est en danger , et comprennez donc que votre article n'aide en rien car il est très mal tourné: Votre idée que l'écologie devient un buisness est vrai, et cela me répugne autant que vous, mais n'allez pas en sens contraire en faisant une d'apologie de la pollution et de la déculpabilisation vis à vis de son devoir de respect de la vie. J'ai compris (après avoir lu votre réponse) que vous êtes un homme de bon sens et que vous aimez votre enfant. Son équilibre, son bien être, sa sécurité et son épanouissement dépende de la "vie". Dans beaucoup de pays , des parents pleurent chaque jour la mort de leur enfant par empoissonnement et cancer dû à l'ingestion du poisson, qui on le sait est de plus en plus pollué en mercure à cause des rejets dans l'océan, je pourrais vous citez des centaines de causes de pollution qui tuent tous les jours, et là nous ne parlons que des humains, imaginez la souffrance animale. Alors Vlad je ne vous demande pas d'arreter de faire caca ou d'acheter des jouets à votre enfant, je vous demande un peu de pudeur et d'intelligence dans les mots que vous utilisez , car heureusement pour vous et votre enfant les dégats de la pollution ne sont pas encore palpables en France, mais ils le seront très bientôt, moins de 10ans.Les médias ne veulent pas affoler les familles, mais sachez que la durée de vie de notre espèce est éstimé à moins 30ans.Pas nécessairement à cause du réchauffement, mais à cause de la pollution de l'eau, la disparition des espèces les plus vitales à l'équilibre de toutes les autres............
    Alors continuez à être sceptique, mais cette fois utilisez votre intellect à défendre des causes nobles ( même sans affiliation politique), car le sentiment d'humanité commence à être réellement de moins en moins présente chez notre espèce.
    Je vous conseil de regarder ceci:
    _La 11ème heure
    _Earthlings
    _The cove
    _Sharkwater
    et de regardez mon lien titre.
    Et peut être vous prendrez alors conscience que la vie n'offrira pas de noël de plus à vous et votre famille si tout le monde se fout de la respecter.
    Ne coffondez pas l'écologie qui est le respect de la vie et l'écologisme qui est une idéologie politique, donc idéologie qui à termes peut être corrompu .
    Bien à vous chèr vlad.

    RépondreSupprimer
  7. L'ecologie est nee dans l'ere industrielle.
    Il n'etait pas necessaire de l'inventer auparavant.
    L'homme, pour vivre ou survivre, a toujours du preserver son environnement.
    Depuis l'ere industrielle et l'avenement du capitalisme qui s'ensuit, nous devons le detruire pour vivre.
    Ainsi, tous les jours, je fabrique des pneus ... pour payer ma maison et ma voiture.
    Nous sommes a un stade ou la fermeture des robinets de gaz ou de petrole nous ferait mourir de faim en moins de 2 mois! Quelle dependance. Le pire, c'est que cette normalite, ce droit de vivre contre nature, est maintenant un droit revendique. Le droit d'en faire un environnement invivable. Oui, j'ai peur pour mes enfants. Je n'ai pas honte de le dire et je ne pense pas que ces menaces soient vaines.
    Je suis moi-meme dans cet engrenage qui depuis quelques annees s'est lentement mondialise.
    Nous vivons dans une logique d'economie basee sur la croissance. Ce qui est illogique puisque celle-ci n'est pas illimitee et depend de la capacite de notre environnement a se restaurer.

    Je ne juge personne.
    Je ne suis ni ecologiste, encore moins socialiste (eux-memes capitalistes d'ailleurs).
    Je constate simplement sans juger.

    Je pense qu'il est urgent de repenser notre mode de vie. Je ne suis pas specialiste en la matiere mais je n'admets pas qu'il soit logique d'importer ses habits et ses jouets de Chine alors qu'on peut le faire avec des emplois locaux. Je ne trouve pas logique d'acheter du boeuf irlandais ou argentin alors que les vaches courrent dans nos pres ... je sais, je sais, ... c'est la libre concurrence, G8, commerce international, blabla, et c'est moins cher. Dans cet esprit economique, cela est comprehensible. Pour un extrat-terrestre, c'est un monde de fous.

    Herve, Liege

    RépondreSupprimer
  8. Merci Hervé pour votre commentaire. C'est vrai que l'écologie devrait être repensée hors de toute considération politique et partisane. Dans son ensemble. Mais je crois que le monde dans lequel nous vivons, et le mondialisme principalement, nous précipitent dans une vue à court-terme, les principes économiques prévalant sur les autres. Tout ceci se régulera quand il n'y aura plus de pétrole, on produira alors plus localement sans doute...Moi aussi je trouve ça dingue de faire venir des fruits de Nouvelle-Zélande ou des fringues de Chine.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.