mardi 8 juillet 2008

Prise de calmant

Je fais partie de ceux qui ont toujours considéré que Ségolène avait un drôle de regard.
Oui mais qu'entendez-vous donc par "drôle de regard" m'objecterez-vous...?
Remarque pertinente !
Je trouve que son regard est creux, et oui, creux...Non pas que j'associe la vacuité toute somme subjective d'un regard à celle de la boîte crânienne (mes années de catéchisme m'interdiraient toute insinuation allant dans ce sens), mais le manque de chaleur, de présence communicative me permet d'élaborer quelques théories toutes personnelles dont je tiens à vous faire part.

Je suis un type assez angoissé par nature. Par exemple il m'arrive de me sentir mal dans une foule dense, où bien encore lorsque je contemple un immeuble Haussmannien et que par malheur je commence à imaginer tout le travail que ça a représenté pour l'édifier, je me sens soudainement écrasé par cette vision.
C'est une affaire de perception de la réalité. Je pense être particulièrement sensible à l'environnement et certains facteurs déclenchants rendent la chose incommodante.
Cependant, cette perception a ses bons côtés, elle peut favoriser la création artistique ou bien encore me dire tout de suite si mes nouveaux voisins sont des gros cons ou bien des échangistes pervers et dépravés.
Concernant SR, j'avais depuis pas mal de temps remarqué que quelque chose clochait...Il y a tout d'abord une ressemblance évidente avec le regard du crotale prêt à vous sauter dessus. En effet, c'est ce même type de regard, froid et absolument creux. Aucune information n'en sort, rien, le trou noir. A aucun moment on ne devine à quel moment cet abruti de serpent va vous mordre. Le crotale pourrait danser le hip-hop, pioncer ou bien bouffer, ce serait toujours le même regard. Flippant.
Ensuite, il y a le regard du fou, c'est un peu le même. Vous savez les doux dingues qui parlent tout seuls ou encore ceux qui sont restés perchés à cause d'un psychotrope de trop....
C'est effectivement inquiétant. D'ailleurs je me suis toujours inquiété pour cette femme et pour notre pauvre nation si elle devait être gouvernée par ce genre d'individus.
Ce soir Ségolène a établi un parallèle entre l'annonce qu'elle avait faite sur la supposée mainmise sur les médias par Nicolas Sarkozy et son dernier cambriolage...Elle a parlé de coïncidence étrange. C'est tout de même une forme d'accusation déguisée !
Je suggérerai à SR de prendre des vacances, de se retirer un long moment et surtout de prendre quelques cachetons histoire de se calmer.

4 commentaires :

  1. C'était visionnaire. Elle ne s'est pas reposée et on voit le résultat.

    RépondreSupprimer
  2. Cracher sur un homme politique, ou une femme politique, peu importe, est un acte totalement idiot et gratuit. C'est un peu comme si on accusait un sdf de ne pas avoir de maison.

    Ils exercent un métier qui n'a pas lieu d'être, puisqu'il a été créé par un peuple demandant un asservissement et qui aujourd'hui se divise entre ceux qui le rejette et ceux qui le veulent parce qu'on pourrait pas vivre en anarchie.

    Mais bon, puisque c'est un médium qui peut prédire si les gens sont des pervers, des échangistes ou des gros cons et qui le dit. Qui de surcroit fait confiance a un héritage catholique périmé depuis des siècles..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous vous méprenez, vous péchez par pessimisme : le peuple s'est effectivement endormi dans un certain asservissement mais le "tous pourri" y contribue. Dénoncer les mensonges et les turpitudes politiques aide au réveil de certaines consciences. Certes le réveil ne fait pas tout, mais permet d'espérer, qu'un jour, des hommes auront enfin le bien commun comme objectif et non des velléités électoralistes basses et minables. Il n'ena pas toujours été ainsi d'ailleurs, il s'agit donc de renverser cette tendance dans laquelle l'oligarchie actuelle se prélasse.

      Supprimer

Les commentaires sont les bienvenus !
Tous propos outranciers seront supprimés."Go ahead, make my day !"

Archives du blog

On ne lâche rien !

On ne lâche rien !
La dégénérescence c'est un peu l'obsolescence programmée du socialisme.